บทละครเรื่องพระมะเหลเถไถ ของ คุณ สุวรรณBotlakhǭn rư̄ang phra malēthēthai khong khun suwan

par Emilie Testard

Thèse de doctorat en Langues, civilisations et sociétés

Sous la direction de Gilles Delouche.

Soutenue en 2004

à Paris, INALCO .

  • Titre traduit

    Méli-mélodrame du prince Maléthéthaï : adaptation et pérégrinations poétiquesMéli-mélodrame du prince Maléthéthaï


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Traduction et pérégrinations poétiques à travers le Bot lakhon rueng phra malethethaï de Khun Suwan. Le long poème de Khun Suwan intitulé Bot Lakhon Rueng Phra Maléthéthaï ne fut pas mis à l'écrit du vivant de la poète. Khun Suwan a en effet placé son oeuvre dans l'oralité tant dans sa réalisation que dans sa transmission. Le poème se présente comme une oeuvre vouée à la représentation théâtrale. Classique dans sa forme et dans son style, cette oeuvre respecte les règles poétiques et les conventions théâtrales du genre Lakhon. Après avoir étudier l'évolution de ce genre intimement attaché au pouvoir monarchique et placé la poète dans son environnement littéraire, nous verrons comment ses deux oeuvres majeures, à savoir le Bot Lakhon Rueng Phra Maléthéthaï et le Bot Lakhon Unarut Roï Rueng annoncent la décadence de ce genre désuet. S'attachant à ridiculiser les épopées héroïques, Khun Suwan compose son poème comme une parodie des pièces traditionnelles et en particulier de la grande oeuvre du roi Rama II, Bot Lakhon Inao. Elle détourne les intrigues habituelles et fait du prince Maléthéthaï l'un des premiers anti-héros de la littérature siamoise. Parodie de Lakhon, le poème de Khun Suwan est aussi une satire du style des poètes néo-classiques. En détruisant un à un les clichés littéraires, Khun Suwan annonce avec le Bot Lakhon Rueng Phra Maléthéthaï la fin d'une ère. En effet, le poème, après être apparu comme un désordre inextricable de phonèmes se suivant au hasard, se révèle être, suite à un examen plus poussé de sa construction, une oeuvre composée avec une extrême rigueur. Devenu aussi concret que la matière, le langage est détruit, disséqué, défait, disloqué et reconstruit selon la volonté du poète. Tout le poème est en réalité un exercice formel jouant sur la permutation des particules sonores. Fondatrice d'une certaine modernité, Khun Suwan introduit une nouvelle conception poétique à la fois ludique et combinatoire

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (821 f.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 761-801. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole française d'Extrême-Orient. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : QU 5127
  • Bibliothèque : Ecole française d'Extrême-Orient. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : QU 5128
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.707
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.708
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.709
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.707
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.708
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.709
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.