Tunisie-Sénégal ou le parcours politique de deux anciens présidents de l'Afrique

par Chaker Lajili

Thèse de doctorat en Études africaines

Sous la direction de Philippe Decraene.

Soutenue en 2004

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Figures emblématiques de la lutte anticoloniale, H. Bourguiba et L. S. Senghor ont longtemps dominé de leurs puissantes personnalités la vie de leurs peuples et imprimé leurs marques sur les nouveaux Etats dont ils ont pris la charge. Ce sont les parcours politiques de ces deux hommes qui sont étudiés dans ce travail. Cependant, pour les appréhender il convient de situer les deux hommes par rapport au contexte où ils sont apparus, qui les a portés, qu'ils ont représenté, mais aussi qu'ils ont modifié en fonction de stratégies qui appartiennent à leurs génies respectifs, ou bien dont ils n'ont pas senti l'évolution. Il convient également de montrer la dynamique des deux pays, les forces en présences, les différences, pour ensuite situer l'action de ces deux hommes dans ces contextes. La première partie tente de faire le bilan de trente ans de régime bourguibien. Pendant les dix premières années de sa présidence, Bourguiba s'attache à édifier un Etat de type " légal-rationnel " conforme aux canons de la modernité occidentale ; mais instaure en même temps un pouvoir personnel qui se traduit par la mise au pas, la marginalisation, ou l'élimination, des forces réfractaires à son hégémonie. Fragile équilibre dont la précarité se manifeste dès la dégradation de son état de santé. Suivront alors vingt ans de lutte pour la succession sur fond de crises économiques aiguës et de graves tensions sociales. Le 7 novembre 1987, devant les dérives du régime et la déliquescence de l'Etat, son dernier Premier Ministre décide sa mise à l'écart pour incapacité de gouverner. La deuxième partie tente d'analyser les évolutions sociale, économique, politique de l'Etat sénégalais. Elle montre comment après une phase de radicalisation du régime, consécutive à la crise de décembre 1962, Senghor est contraint, sous la pression d'événements graves et la montée des revendications de procéder à une lente libéralisation de son régime en faisant accéder le Sénégal, dès 1976, au pluralisme politique En 1980, à 75ans, il décide de quitter volontairement le pouvoir, après avoir pris de longue main le soin de préparer sa succession.

  • Titre traduit

    Tunisia-Sénégal : or the political path of two former presidents of Africa


  • Résumé

    Emblematic figures of the anti colonial fight, H Bourguiba and L. S. Senghor dominated, for a long time, by their powerful personalities the life of their people and left their print on the new States which they took over. It is the political paths of these two men which are studied in this work. However to apprehend them, it is advisable to place the two men in comparison with the context in which they appeared, who upheld them, who they represented, but also who they changed by their respective genius, and even those of whom they did not realise the evolution. L is also appropriate to show the dynamics of the two countries, the forces involved, the differences, for then placing the action of these two men in these contexts. The first part aims at taking stock of thirty years of Bourguiba regime. During the first ten years of its presidency, Bourguiba attempts to build a State of the "legal-rational" type conforming to Western modernity standards. But instigates at the same time a personal power which results in the setting aside, the lining up or the elimination of hostile forces to his hegemony. Fragile balance, whose precarity appears as his health declines. Twenty years of fight for his succession will follow then, on a foundation of acute economic crisis and serious social strain. November 7th, 1987, facing the drifting regime and the deliquescence of the State, his last Prime Minister decides to set Bourguiba aside for his incapacity to control the situation. The second part attempts to analyze the social, economic, political evolution of the Senegal State. It shows how after a phase of tightening up the regime, following the crisis of December 1962, Senghor is forced, under the pressure of serious events and the rise in social claims, to carry out a progressive liberalisation of the regime, making the Senegal reach political pluralism, from 1976 onwards. In 1980, 75 years old, he decides voluntarily to leave power, having taken long term care to prepare his succession.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (590 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 520-557

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.262
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.263
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.262
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.263
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.