L'autoréflexivité télévisuelle en France : entre communication médiatique et espace public de débat : les cas Arrêt sur images et L'hebdo du médiateur

par Hélène Romeyer

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Bernard Miège.

Soutenue en 2004

à l'Université Stendhal (Grenoble) .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The œtelevision autoreflexivity in France : between media communication and public space of debate : the cases "Arrêt sur images " and " l'Hebdo du médiateur "


  • Résumé

    Plusieurs émissions de TV, en France, se proposent de décrypter les images que reçoivent les téléspectateurs. Elles s'intéressent notamment aux mécanismes qui régissent la transmission et la construction de l'information médiatique. A travers l'étude de deux émissions, "Arrêt sur images " et " l'Hebdo du médiateur ", ce travail se propose de penser l'autoréflexivité télévisuelle, ses objectifs, ses finalités, ses enjeux et ses acteurs. Si l'on envisage la télévision comme un enjeu de reconnaissance sociale et comme une réalité économique et culturelle : quelles sont les logiques économiques et/ou sociales qui sous-tendent la création de ce type d'émission ? Quel est leur rôle au sein de l'espace public ? L'étude aborde ainsi les conditions d'émergence de ces émissions notamment l'histoire de l'institution télévisuelle et les évolutions sociétales ; l'analyse du fonctionnement de ces deux émissions, et de leur réception. Ce travail permet d'envisager l'autoréflexivité sous ces différentes facettes, c'est-à-dire comme une stratégie de programmation dans un secteur très concurrentiel, entretenant des relations ambiguës avec la critique et l'éthique. Mais la possibilité offerte aux téléspectateurs de prendre la parole, la recherche de toujours plus d'interactivité, lui permet aussi d'ouvrir des discussions dépassant bien souvent le simple cadre des médias. L'autoréflexivité permet ainsi de renouveler les acteurs du débat public et les thèmes en discussion. Au-delà d'une intention éthique ou d'une stratégie de programmation du service public, ces émissions permettent à la parole profane d'exister et, par un processus de montée en généralité, de participer aux discussions publiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (325, 93 f.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p.316-325

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2004/37
  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes (Echirolles, Isère). Centre de documentation Yves de la Haye.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 04/a-b
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.