Etude transformationnelle des verbes à complétive du polonais : comparaison avec le français

par Lidia Miladi

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Mireille Piot.

Soutenue en 2004

à l'Université Stendhal (Grenoble) .


  • Résumé

    Cette thèse est une analyse systématique et exhaustive des structures à complétive du polonais (en comparaison avec le français), dans le cadre du modèle du "lexique-grammaire" développé par M. Gross et son équipe du LADL. L'application de la méthodologie de M. Gross (1968, 1975) a permis de classer environ 2100 formes verbales à complétive du polonais dans 17 classes syntactico-sémantiques. Là où n'existe qu'un seul complémenteur que en français, avec une différentiation sur le mode de la complétive (indicatif / subjonctif), deux complémenteurs de forme distincte ze et zeby1 sont observables en polonais. Les complétives du polonais sont introduites soit par to1 soit par la séquence : Prép+to1. De plus, 16 prépositions (de sens divers) sont susceptibles d'introduire une complémentation complétive (et/ou infinitive) en polonais alors que seules deux prépositions à et de, introduisent majoritairement les complémentations complétives ou infinitives prépositionnelles en français. To1 - introducteur d'une complétive en polonais, fait partie du complémenteur ze ou zeby1. Il est grammaticalisé et n'a donc pas de valeur autonome. Il peut être effacé sans entraîner le changement de sens de la phrase. Sa présence devant les complétives constitue une condition préalable de plusieurs transformations (susceptibles de s'appliquer sur ces constructions). Par ailleurs, il existe encore un autre morphème to. To2 est un pronom déictique qui sert d'une part à pronominaliser les complétives (ou les infinitives) et d'autre part, placé en tête de phrase, to2 assure l'extraction des complétives et des infinitives. Une corrélation entre to1 et to2 est observable : to1 trouve sa source dans to2. Seuls 381 verbes autorisent une réduction de la complétive à l'infinitive correspondante. La présence du marqueur d'infinitive de forme zeby2 est alors observable dans les constructions infinitives.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Transformational study of Polish substantive verbs : compared with those of the French language


  • Résumé

    This thesis is a systematic and exhaustive analysis of the substantive Polish structures (compared with the French language), as part of the "lexique-grammaire" model developped by M. Gross and his team at LADL. The application of M. Gross' method has permitted the classing of nearly 2100 substantive Polish verbs into 17 syntactical-semantic classes. Where only one subordinating conjunction (que) exists in French, with a differentiation on the substantive mood (indicative / subjunctive), two distinct forms of the subordinating conjunctions ze and zeby1 are observable in Polish. The Polish substantives are introduced either by to1 or by the sequence : Prép+to1. In addition, 16 prepositions (of various meanings) are able to introduce a complementary substantive (or infinitive) in Polish where as only two prepositions à and de introduce the substantive or prepositional infinitives in French. To1 - initiator of a substantive in Polish, belongs to the subordinating conjunction ze or zeby1. It is grammatisized and so has no autonomous value. It can be deleted without changing the meaning of the phrase. If it is used before the substantive, it forms a preliminary condition for several transformations (open to be applied in these constructions). Furthermore another morpheme exists : to. To2 is a deictic pronoun which serves on the one hand to pronominalise the substantives ( or the infinitives) and on the other hand when placed at the beginning of a phrase, it emphasizes the substantives and the infinitives. A correlation between to1 et to2 is noticeable : to1 originates from to2. Only 381 verbs allow a reduction from the substantive to the corrresponding infinitive. The presence of the infinitive marker of the from zeby2 is observable in the infinitive constructions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (569 f.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p.358-377

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2004/6

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.