Le processus de la volatilité

par Alireza Javaheri

Thèse de doctorat en Finance

Sous la direction de Alain Galli.

Soutenue en 2004

à Paris, ENMP .

  • Titre traduit

    ˜The œvolatility process


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Il est bien connu que l’hypothèse d’une volatilité constante pour le rendement des prix d’actions est insuffisante. En effet le cadre traditionnel de Samuelson-Black-Scholes ne pourrait pas expliquer l’asymétrie de la distribution ou sa leptokurticité. Plusieurs théories ont été proposées pour expliquer ces phénomènes, mais elles pourraient toutes être considérées comme faisant partie de la théorie de la volatilité stochastique. Ces modèles incluent Heston, GARCH, Variance-Gamma et utilisent des mouvements Browniens ainsi que des sauts de Poisson ou Lévy. Une des difficultés principales de la volatilité est qu’elle n’est pas directement observable. Par conséquent, pour estimer les paramètres du modèle, on a besoin du filtrage non-linéaire. On pourrait également utiliser des méthodes Bayesiennes comme les Chaînes de Markov Monte-Carlo. Cette thèse est centrée sur les filtrages non-Gaussiens de même que sur la comparaison des distributions obtenues dans le monde réel avec celles obtenues dans le cadre risque-neutre.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (304 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 242 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.