Le rejet dogmatique d'autrui : analyse des fonctionnements cognitifs et appartenance idéologique

par Nathalie Sgro

Thèse de doctorat en Psychologie sociale

Sous la direction de Serge Guimond.

Soutenue en 2004

à Clermont-Ferrand 2 .

  • Titre traduit

    Dogmatic rejection of others: analyze of cognitive functionning and ideological membership


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La conception du dogmatisme élaborée par Rokeach (1960) a suscité beaucoup d'intérêts et de nombreuses recherches en psychologie sociale. Cette thématique a toutefois été largement délaissée ces dernières années, essentiellement en raison de problèmes méthodologiques liés à la mesure du dogmatisme. Ainsi, les questions soulevées par Rokeach sont demeurées sans réponse : le dogmatisme est-il relié à tout extrémisme idéologique ? Existe-t-il un dogmatisme de gauche de la même façon qu'il existe un dogmatisme de droite ? Le dogmatisme se caractérise-t-il par une rigidité mentale et une résistance à l'influence ? Cette thèse propose d'étudier ces questions en utilisant un nouvel outil de mesure : l'échelle de rejet dogmatique (ou échelle DRS) crée par Palmer et Kali (1991). Le dogmatisme pouvant se définir comme l'incapacité à accepter un mode de pensée différent du sien, l'échelle DRS est construite de manière à mesurer directement le rejet d'un autrui ayant des croyances différentes, reflet d'un haut niveau de dogmatisme. Le travail empirique se divise en deux parties. D'abord, une série de 5 études met en évidence la fiabilité et la validité d'une norme française de l'échelle DRS par rapport à l'échelle de Dogmatisme de Rokeach (1960), mais aussi par rapport à l'échelle DOG d'Altemeyer (2002). L'ensemble des résultats suggère que, contrairement aux autres instruments de mesure du dogmatisme, l'échelle DRS n'est pas confondue avec un contenu idéologique particulier. Une deuxième partie montre de manière expérimentale, à l'aide de l'échelle DRS, que les personnes dogmatiques se conforment davantage que les non-dogmatiques à une source d'influence congruente avec leur appartenance idéologique, surtout lorsque la source propose une norme d'intolérance, alors qu'ils résistent davantage à l'influence d'une source non-congruente. Les implications de ces résultats pour le développement de la psychologie sociale du dogmatisme sont discutées

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (205 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 172-184

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université. Section Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.