Variabilité et bioénergétique de la reproduction chez l'huître creuse Crassostrea gigas

par Martha Rosalia Enríquez-Díaz

Thèse de doctorat en Océanologie biologique

Sous la direction de Marcel Le Pennec.

Soutenue en 2004

à Brest .


  • Résumé

    The variability in reproductive cycle if Japanese oyster, Crassostrea gigas, was evaluated in situ (Bay of Veys, BOV and Marennes-Oléron bay, MOB) and in hatchery culture conditions. Two trophic levels were tested over one year : high food level (HFL) and low food level (LFL). We observed that the phytoplanktonic concentration (chlorophyll a) was the principale factor that influenced gametogenesis intensity and duration. The oysters reared within a high trophic ration (BOV and HFL) shown a hyper-gonad development. However, the spawning efficiency was reduced and partial. Therefore, the resorption period was prolonged until winter. Meanwhile, the oysters reared in a low trophic ration (MOB and LFL) produced a normal gonad with a total spawning in summer and their resorption period throught the autumn. The ecophysiological measures in the conditioning oysters, showed that the gametogenesis period influenced the clearance rate, absorption efficiency and respiration responses. Furthermore, the scope for growth was influenced negatively during active gametogenesis and resorption period, meanly in the oyster fed in high trophic conditions. On the other hand, we observed that the genetic factor, was another variability found in the reproductive cycle. Two selected genetic families by their summer survival character (the R or resistant oysters and the S or susceptible oysters at summer mortality), were reared in a common environment (Fort espagnol, sud Britanny) and were evaluated. The susceptible oyster were presented a reproductive cycle similar to that observed in oysters fed in high trophic levels (BOV and HFL). While resistant oyster showed a reproductive cycle similar to the oysters reared in low trophic conditions. In conclusion, Crassostrea gigas showed a reproductive plastic strategy, influenced by the trophic level and genetic factors. The oysters that developed a hyper-gonad, could be more susceptible to summer mortality.

  • Titre traduit

    Reproduction variability and bioenergetic of Japanese oyster, Crassostrea gigas


  • Résumé

    La variabilité du cycle reproductif de l'huître creuse, Crassostrea gigas, a été évaluée in situ (Bais des Veys, BDV et bassin de Marennes-Oléron, MOB) et en écloserie (à deux niveaux trophiques : niveau riche, HFL et niveau pauvre, LFL) sur un an. Nous avons observé que la concentration de phytoplancton (chlorophylle a) était le facteur principal qui influence l'intensité et la durée de la gamétogénèse. Les huîtres élevées dans une ration trophique riche (BDV et HFL) ont produit une gonade exacerbée. Cependant, l'efficacité pour émettre leurs gamètes était réduite et partielle. En plus, la période de résorption a été prolongée jusqu'à l'hiver. Par contre, les huîtres élevées dans une ration trophique pauvre (MOB et LFL) ont produit une gonade normale avec une émission de gamètes totale pendant l'été et avec une période de résorption pendant l'automne. D'ailleurs, les mesures écophysiologiques réalisées dans les huîtres élevées en écloserie, montrent que la période de gamétogénèse a influencé le débit de filtration, l'efficacité d'absorption et la respiration. En outre, le niveau trophique a influencé négativement le potentiel de croissance des huîtres pendant la période gamétogénèse active et résorption. Etant plus sévère pour les huîtres élevées dans un milieu riche. D'autre part, nous avons observé que la patrimoine génétique, était un autre facteur de variabilité du cycle reproducteur des huîtres. Deux familles génétiques différentes (caractère de survie estivale : 1) les huîtres R ou résistantes et 2) les huîtres S ou sensibles aux mortalités estivales) et élevées dans un environnement commun (Fort Espagnol, Bretagne Sud) ont été évaluées. Les huîtres sensibles ont présenté un cylce reproducteur semblable à celui observé pour les huîtres nourries aux niveaux trophiques riches (BDV et HFL). Tandis que les huîtres résistantes ont montré un cycle reproducteur semblable à celui des huîtres élevées dans de conditions trophiques pauvres (MOB et LFL)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (193 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.167-183

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation Section Droit-Sciences-STAPS.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRE2004/23
  • Bibliothèque : Bibliothèque La Pérouse - Centre de documentation sur la mer.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : E330-ENR-V
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.