Territoire politique et identités autochtones-spatialités en mutation : le cas de la communauté inuit des îles Belcher au Nunavut (Canada)

par Johanna Gobit

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Jean-Pierre Augustin.

Soutenue en 2004

à Bordeaux 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le 1er avril 1999, le Canada redessinait ses frontières intérieures en entérinant la création d'un troisième Territoire : le Nunavut. Issu de près de 30 années de négociations, le Nunavut est aujourd'hui un territoire identitaire, non ethnique, peuplé à 85 % par les Inuit qui conduisent leur propre politique Pour comprendre la manière dont ils ont construit le Nunavut, le vivent et le rêvent, une réflexion à la fois conceptuelle, épistémologique et méthodologique s'est imposée. Nous avons été amenée à repenser les méthodes de recherche habituellement utilisées, ainsi que certains concepts fondamentaux de la géographie occidentale, comme celui de territoire. En accédant à une forme de territoire politique les Inuit ont en effet dû concilier leur conception du territoire, fondée sur une cosmogonie où la Terre est génitrice, avec celle véhiculée par le modèle idéologique occidental. Le territoire politique du Nunavut, en reconnaissant le droit des hommes sur la Terre, bouleverse les fondements de la spatialité inuit. En choisissant d'appartenir au Nunavut, allant à l'encontre de ses réseaux sociaux et spatiaux, la communauté inuit des îles Belcher, a exprimé une identité spatiale essentielle, liée au territoire fondateur des baies James et Hudson. Cet exemple montre que la création du Nunavut a permis l'expression d'une spatialité fondatrice, rendue possible grâce à la manière dont les dirigeants inuit ont négocié avec le pouvoir fédéral en injectant, à chaque étape des négociations, leurs propres valeurs culturelles. Le Nunavut matérialise l'ajustement d'un modèle territorial occidental par une idéologie spatiale autochtone.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 429 f.
  • Notes : Publication autorisée par le Jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 405-425

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 3498
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.