Analyse sociologique du sentiment de crise chez les travailleurs sociaux

par Thierry Habersetzer

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de François Dubet.

Soutenue en 2004

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    A l'aube du XXIème siècle, les travailleurs sociaux confrontés à de véritables épreuves (changements sociaux, indécisions politiques, remise en cause par les usagers, fin d'un imaginaire de neutralité) perçoivent la société française et leur propre activité à travers un perpétuel sentiment de perte et de chute. Prenant appui sur une enquête de terrain à la fois qualitative et quantitative, sur la presse professionnelle et les différentes lectures sociologiques du travail social, la thèse stipule que la crise tant invoquée par les travailleurs sociaux eux-mêmes est plus imaginaire que réelle. De��jouant les pièges du conservatisme, ils fondent leur credo professionnel sur un principe d'espérance combinant recherche d'une vraie démocratie, anticapitalisme libéral, progressisme mesuré et foi dans la construction européenne. Héros tragiques et romanesques se vivant comme des Justes soumis à un véritable travail de Sisyphe, colonisés par les disciplines universitaires et dépendants de cadres administratifs et médicaux, peu engagés collectivement mais fortement indignés moralement, ils placent leur espoir dans le développement d'un individualisme moral prônant la réalisation de soi. Ils espèrent qu'ainsi leurs clients échapperont aux déterminismes sociaux et psychologiques et influenceront leur destinée. Plus bricoleurs que techniciens, plus moralistes qu'utopistes, les travailleurs sociaux vivent leur propre activité à travers le prisme d'une mauvaise conscience. Pour autant, il faut lire l'imaginaire de la crise non pas simplement comme une excuse, non pas uniquement comme une plainte, encore moins comme un avatar du travail social, mais bien comme une composante fondamentale et existentielle. Véritable mythe constitutif, le sentiment de crise permet aux travailleurs sociaux de mettre à distance les épreuves qu'ils rencontrent au sein des mutations sociales en cours et d'exister au sein des paradoxes multiples inhérents à leur propre activité.

  • Titre traduit

    Sociological analysis of the feeling of crisis in social workers


  • Résumé

    In the dawn of the 21st century, social workers confronted by formidable challenges (social changes, political indecisions, upheavals set into motion by factions, end of an imagined neutrality) perceived French society and their own work by means of a perpetual feeling of loss and falling down. Relying on an area survey that is at the same time qualitative and quantitative, on professionnal journals and on different sociological publications on social work, the thesis stipulates that the crisis so invoked by social workers themselves is more imagined than real. Downplaying the traps of conservatism, they base their professional credo on the principal of hope combining " a quest for a true democracy based on anti-capitalism and measured progressivism, as well as faith in the European constrcution ". Tragic and romantic heroes living as the " Good " who are subjected to a veritable " condemnation of Sisyphus ", colonized by university disciplines and dependent on administrative and medical frameworks that are collectively very little involved and yet tremendously morally indignant, they place their hope in the development of a " moral individualism " leaning towards " self-fulfillment of the individual ". They hope that in this way their client will escape social and psychological pressures and will influence their destiny. More tinkerers than technicians, more moralists that utopians, social workers live their own worfk related activities by means of the prism of a bad conscience. That said, one must read the illusion of crisis not simply as an excuse, not uniquely as a complaint and even less as a guiding principal of social work, but more as a fundamental and existential element. A truly fortifying myth, the feeling of crisis permits social workers to distance themselves from the challenges that they encounter at the core of social mutations that are taking place and to exist in the core of multiple paradoxisms that are inherent in their own work.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par ANRT. Atelier national de reproduction des thèses à aLille

Analyse sociologique du sentiment de crise chez les travailleurs sociaux


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (433-CIV p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 411-429

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences de l'homme.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : VTS 2004/4
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par ANRT. Atelier national de reproduction des thèses à aLille

Informations

  • Sous le titre : Analyse sociologique du sentiment de crise chez les travailleurs sociaux
  • Dans la collection : Thèse à la carte
  • Détails : 1 vol. (433-CIV p.)
  • ISBN : 2-284-05167-7
  • Annexes : Bibliogr. p. 411-429
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.