Les Ludwigia spp. Invasives du Sud de la France : Historique, Biosystématique, Biologie et Ecologie

par Sophie Dandelot

Thèse de doctorat en Écologie. Hydrobiologie

Sous la direction de Arlette Cazaubon.

Soutenue en 2004

à Aix-Marseille 3 .

  • Titre traduit

    Invasive Ludwigia spp. Of southern France : History, Biosystematic, Biology and Ecology


  • Résumé

    Depuis leur introduction au début du XIXème siècle à Montpellier, les Ludwigia d’origine américaine ont, peu à peu, envahi toute la France. Notre étude morphologique et cytogénétique a permis de confirmer la présence en France de deux taxa bien différents. Les diploïdes (2n=16) correspondent à L. Peploides subsp. Montevidensis (Spreng. ) Raven, et les décaploïdes (2n = 80) à L. Grandiflora subsp. Hexapetala (Hook. & Arn. ) Nesom & Kartesz. Les diploïdes colonisent surtout la région méditerranéenne (sauf l’extrême Sud-Est), tandis que les polyploïdes prédominent partout ailleurs. De plus, ces deux taxons possèdent une intense multiplication végétative, mais des modes distincts de reproduction sexuée. Le second objectif de ce travail a été de comprendre quels sont les impacts des Ludwigia sur les écosystèmes. Nous avons suivi les relations entre le développement des herbiers de Ludwigia avec la qualité de l’eau, les autres producteurs primaires, les communautés bactériennes et la macrofaune. Pour cela, nous avons prospecté différents écosystèmes aquatiques méditerranéens caractérisés par des propriétés physiques et des fonctionnements hydrologiques différents.


  • Résumé

    Since they were first introduced at the beginning of the 19th century into the Lez river at Montpellier, the American Ludwigia have gradually colonized the whole of France. A morphological and cytogenetic study confirmed the presence of two different taxa in France. The diploids (2n=16) correspond to L. Peploides subsp. Montevidensis (Spreng. ) Raven, and the decaploids (2n = 80) to L. Grandiflora subsp. Hexapetala (Hook. & Arn. ) Nesom & Kartesz. The diploids mainly colonize the Mediterranean region (except for the south-eastern part), while the polyploids predominate in all the other regions. Both taxa show an intense vegetative growth, but they have distinct breeding systems. The second objective of this study concerns the question of whether Ludwigia stands have an impact on ecosystems. We have study relations between Ludwigia growth and water quality, other primary producers, bacteria communities and macrofauna. We have investigated several mediterranean aquatic ecosystems mainly distinguished by their physical properties and their hydrological functioning.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (207 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 197-207

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 3210
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.