La latence comme temps logique de la maturation subjective chez l'enfant

par Julie Ahmad-Meilhac

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Benjamin Jacobi.


  • Résumé

    Nous tenterons de restituer la période de latence chez l'enfant dans son articulation logique avec l'infantile et l'adolescence. Le concept de refoulement en ses deux temps (originaire et après-coup) nous permettra de reconstituer la latence comme temps logique de l'élaboration subjective procédant d'un réaménagement du nouage borroméen désormais organisé par le Symbolique. L'Imaginaire (à travers la promesse oedipienne et le roman familial) venant offrir son soutien au passage qui s'opère pour l'enfant de son statut de sinthome des parents à celui de son symptôme. La clinique témoigne de cette opération de subjectivation dont découlent des modalités singulières de constructions symptomatiques qui s'envisagent dès lors sous l'angle d'une conflictualité propre à la latence subordonnée au changement de constance de l'Autre qui, de parental, passe au rang de Symbolique ; la désidéalisation de l'Autre parental constituant l'un des principaux objets du refoulement à la latence dans le cadre du projet identificatoire de l'enfant.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 310 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 277-300

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.