Association entre adiposite et symptomatologie dépressive en population générale : étude sur la population de Fleurbaix-Laventie ville Santé II

par Mireille Coeuret

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Arnaud Basdevant.

Soutenue en 2003

à Versailles-St Quentin en Yvelines .


  • Résumé

    Les études sur la relation entre obésité et dépression en population générale ont, jusqu'à présent, donné des résultats très divergents. L'étude "Fleurbais-Laventie Ville Santé", réalisée en population générale, nous a permis de décrire les relations entre adiposité et symptomatologie dépressive dans une population française. Nous avons réalisé une analyse transversale. L'adiposité est estimée au moyen de deux marqueurs différents, mesurés de façon standardisée : l'indice de masse corporelle (IMC) et le tour de taille. La symptomatologie dépressive a été évaluée grâce à l'auto-questionnaire du CES-D. De nombreux autres facteurs (démographiques, socio-économiques, marqueurs de l'état de santé, habitudes de vie, évènement de vie) ont également été pris en compte pour l'analyse. L'analyse bivariée a montré que le score de dépression était en moyenne plus faible chez les hommes ayant un IMC supérieur ou égal à 25kg/m2 ou de tour de taille supérieur à 840 mm, alors qu'il était plus élevé chez les femmes ayant un ICM supérieur ou égal à 25kg/m2 oui de tour de taille supérieur à 860 mm. Le pourcentage de déprimées était plus élevé chez les femmes ayant une adiposité importante. Après ajustement, la relation négative observée chez les hommes entre socre CES-D et marqueurs d'adiposité devenait nettement significative. En revanche, chez les femmes, la prise en compte des facteurs associés ne laissait plus apparaître aucune relation. Cette étude suggère que les relations entre adiposité et symptomatologie dépressive diffèrent en fonction du sexe. Pour ce qui concerne les hommes, nous discutons différentes hypothèses qui permettent d'interpréter ces résultats. Chez les femmes, l'association entre obésité et symptomatologie dépressive est expliquée par un faible niveau d'études et semble davantage être le reflet de difficultés socio-économiques.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 94 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.f.89-93

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2003 WD 210 COE
  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2003 WD 210 COE
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.