Le cytomégalovirus humain au sein du système nerveux : interférences avec la réponse lymphocytaire T CD8+ anti-virale et l'apoptose dépendante de p53 et p73

par Sophie Allart

Thèse de doctorat en Immunologie

Sous la direction de Christian Davrinche.

Soutenue en 2003

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Human cytomegalovirus in nervous system : interferences with the CD8+ T lymphocyte anti-viral response, and p53 et p73 dependante apoptosis


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le HCMV entraîne des affections graves potentiellement cécitantes chez les patients immunodéprimés. Pour établir une persistance et pour échapper au système immunitaire, le HCMV a développé plusieurs mécanismes qui interfèrent avec la voie de présentation des antigènes viraux par le CMH classe I aux lymphocytes T CD8+. Nous avons montré que des cellules épithéliales pigmentaires de rétine humaines (cellules de l'EPR) infectées par le HCMV, ne sont pas lysées in vitro par des lignées cytotoxiques T CD8+ dirigées contre la protéine pp65 du virus, et ce à un stade précoce ou tardif de l'infection. Nous avons attribué cette absence de lyse dans une période tardive de l'infection (après 48h), à des gènes viraux précédemment identifiés comme intervenant dans la rétention des complexes CMH-peptide au niveau du réticulum endoplasmique. Plus précocément, le processus d'entrée virale par endocytose entraînerait la séquestration puis la dégradation de l'antigène dans des endosomes et ainsi l'absence de processing et de présentation des peptides aux lymphocytes T. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 145 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. F. 127-144

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2003TOU30017
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.