Changement gestionnaire et recompositions urbaines post-apartheid : La question foncière à Windhoek (Namibie)

par Christophe Sohn

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Jean-Luc Piermay.

Soutenue en 2003

à Strasbourg 1 .


  • Résumé

    Cette recherche vise à mettre en évidence les modalités de dépassement du modèle de la ville d'apartheid à travers l'analyse des recompositions urbaines en cours à Windhoek. Les changements intervenus dans la capitale namibienne depuis l'accession à l'indépendance du pays en 1990 ne s'inscrivent ni dans une logique de rupture par rapport au modèle hérité, ni dans une reproduction des schémas antérieurs, tant en ce qui concerne la manière dont la ville est pensée, modelée par les pouvoirs, que la manière dont elle est pratiquée, appropriée, déformée par les citadins. À travers la prise en compte des mutations de la gestion foncière, ce sont les logiques et les modalités du changement urbain qui sont précisées. En vertu du compromis politique fondateur de l'État namibien qui a permis l'accession au pouvoir des Noirs tout en préservant les acquis de la minorité blanche, on assiste au maintien d'un mode de penser la ville hérité du passé. Le modèle urbain que tentent de reproduire les autorités s'avère toutefois profondément inadapté face aux nouveaux enjeux propres à la société post-apartheid. Parce que les gestionnaires n'ont finalement pas d'autres choix que de prendre en compte les mutations sociales et spatiales en cours, leur bricolage des règles héritées de l'apartheid s'articule avec la formalisation de procédures et de normes nouvelles. Comme l'invention de la ville est fondamentalement le fruit d'un faisceau d'interactions entre interventions gestionnaires et pratiques citadines, la prise en compte de ces dernières révèle des manières d'habiter la ville qui dérogent au modèle promu par les autorités et la diffusion de nouvelles normes au sein de la ville. Finalement, cette évolution sur le mode de l'entre-deux laisse apparaître un modèle urbain singulier qui n'est ni celui de la ville compacte ni celui de la ville éclatée, bien qu'il renferme des éléments de chacun. À Windhoek, la ville s'invente à travers le tranquille dépassement de la ville d'apartheid.


  • Résumé

    This research attempts to bring to the fore the mode of overtaking the apartheid city model through the analysis of urban remodelling processes in Windhoek. The changes occuring in the Namibian capital city since the country arose to independence in 1990 are neither in line with a logic of break concerning the inherited model nor in line with the reproduction of the former development plan, as well as in the way in which the city is designed by the autorities as in the way it is practiced, appropriated and put out of shape by the city dwellers. By taking into account the mutations occuring in the field of land management, the logics and the modes of urban changes can be specified. In accordance with the political compromise that founded the Namibian State and allowed accession to power of the black population while protecting the assets of the white minority, one can witness the maintenance of ways of thinking the city inherited from the past. The urban model the officials try to reproduce turns out to be profoundly inadequate facing the new stakes specific of the post-apartheid society. Finally, because managers do not have another choice than to take into account the social and spatial mutations in progress, the mending of the inherited apartheid rules is articulated with the fomalization of new procedures and norms. As the invention of the city is fundamentally the fruit of a set of interactions between managers' interventions and city dwellers' practices, the latter reveal ways of living the city that go against the model promoted by the autorities and the diffusion of new norms within the city. In the end, this evolution made of in betweens shows an urban model that is neither the compact nor the fragmented city, although it contains elements of both. In Windhoek, the city is invented through the quiet overtaking of the apartheid city.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 733 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 687-716

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque de Géographie et d'Aménagement.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 03-SOHN

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 3312
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.