Capteur optique à fibre infrarouge dédié à la détection et à l'analyse de la pollution de l'eau

par Karine Michel

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Jean-Luc Adam.

Soutenue en 2003

à Rennes 1 .


  • Résumé

    Des fibres optiques originales transparentes dans l'infrarouge, sont réalisées à partir de verres de chalcogénures appartenant au système ternaire Te, As, Se. Ces fibres sont utilisées comme capteurs optiques pour faire de la spectroscopie infrarouge déportée, dont le principe est basé sur la réflexion totale atténuée. C'est une méthode rapide, souple et non destructive qui permet de transporter le faisceau infrarouge dans des lieux difficiles d'accès. Dans le domaine de l'environnement, le capteur optique infrarouge consiste à détecter et à analyser les polluants des eaux usées en étudiant les spectres d'absorption infrarouge enregistrés. Chaque composé organique ayant une signature infrarouge propre, la technique permet une détection sélective. Des études approfondies en laboratoire et des campagnes de mesures sur le terrain, ont permis d'évaluer les atouts de cette méthode et de déterminer les améliorations à effectuer.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 118 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie en fin de chapitres

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA Rennes 2003/59

Cette version existe également sous forme de microfiche :

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.