Les déterminants des comportements d'épargne : analyse de l'expérience libanaise de 1974 à 2000

par Roy Khoueiri

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Patrice Geoffron.

Soutenue en 2003

à Paris 13 .


  • Résumé

    Depuis 1991 et après 16 années de guerre civile, l'autorité de l'Etat libanais s'est restaurée graduellement. Par conséquent, cette longue période d'hostilités a détérioré les principaux agrégats de l'économie libanaise, provoquant ainsi la chute du PIB, la fixité du taux de change par rapport au dollar américain, de forts courants inflationnistes, la réduction du pouvoir d'achat et le rétrécissement, voire l'élimination de la classe moyenne. Cela a stimulé l'accroissement de la pauvreté au sein de la population libanaise, conséquence d'une mauvaise redistribution du revenu national. Le substrat de cette thèse aura été d'aborder le facteur épargne et sa relation avec la croissance. En plus, les effets du PIB, de l'inflation et des taux d'intérêts sur l'épargne ont été analysés et étudiés. Entre 1974 et 2000, les analyses économétriques ont prouvé que les facteurs déterminants de l'épargne sont le PIB et l'inflation. Les taux d'intérêts sur les dépôts viennent en troisième lieu par ordre d'importance. Entre 1992 et 2001 ? des études supplémentaires ont été effectuées pour aboutir aux conclusions suivantes : l'épargne a un effet négatif sur l'investissement et sur le PIB en raison de l'effet d'éviction engendré par une dette publique monumentale (185 % du PIB). Cette situation s'explique par la mauvaise politique budgétaire et monétaire appliquée au cours de la dernière décennie. Ces politiques ont contribué à l'accroissement de la dette publique, à l'augmentation non justifiée des taux d'intérêts, à la dégradation de la production nationale et par voie de conséquence, à l'appauvrissement de la population libanaise. La conclusion éminente de cette recherche consiste à affirmer que la baisse du taux d'épargne constitue un obstacle majeur à la croissance. Ainsi une politique monétaire favorisant l'épargne et imposant une gestion budgétaire et administrative appropriées sont vivement recommandées.

  • Titre traduit

    Savings factors : an analysis of the Lebanese experience from 1974 to 2000


  • Résumé

    In 1191, the civil war in Lebanon came to an end. However, sixteen years of hostilities resulted in fundamental changes in the economy in the post war years, causing GDP to be lower than in the prewar period, continuous pressure on the Lebanese pound, inflationary pressures, a reduction in the purchasing power, all leading to high poverty and income inequality. Increased confidence and effective adjustment efforts are needed to spur favourable macroeconomic developments. It is therefore imperative for his nation to grow in order to re-attain its prewar standards of living. The economy's rate of saving out of current income and the form of investment such savings take play a major role among the many factors which determine the growth of an economy. In the thesis, I have focused on a study of saving in general for its relation with growth, and in particular on the influence of real GDP, inflation, and interest rates on saving in Lebanon. Between 1974 and 2000, the econometric analysis showed that the main determinant of saving is GDP followed by inflation, and to a lesser extent interest rates on deposits. Furthermore, the 1992-2001 analysis reflected that saving has a negative impact on investment and on GDP mainly due to channelling the private savings to finance the alarming public debt and more specifically to finance unproductive interest payments. After the war, savings is in the low range as compared to the ratios during the war. Our analysis indicates that the main factors behind this fact lie in the increase in poverty and income inequality and in the mismanagement of fiscal policy leading to negative public sector savings, the crowding out of investment, and to the drop in GDP. A plausible conclusion from this analysis is that the low levels of savings may become an obstacle to growth whether savings causes growth or the other way round. So policies that foster savings along with proper fiscal policies that will reduce the debt should be favored.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 286 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 211-232

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2003 047
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.