La correspondance d'Erasme entre République des lettres et lettres secrètes : pour une étude du rapport entre privé et public au XVIe siècle

par Christine Bénévent

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Olivier Millet.


  • Résumé

    La lettre à la Renaissance présente un entredeux propice à une enquête sur les rapports historiquement mouvants entre privé et public. La pratique épistolaire d’Erasme en offre une bonne illustration, sur les plans théorique et matériel. L’examen de cette correspondance oblige à accorder une place centrale aux enjeux de publication. S’y révèle l’importance de la pédagogie humaniste, conçue comme une entreprise de «bien public ». Parallèlement, au sein de la «respublica literaria », les sens opposés de «priuatus» et de «publicus » subissent des remodelages. L’enjeu de la publication imprimée y est central. La façon dont Erasme a organisé l’édition d’une partie de sa correspondance peut ainsi être mise en perspective. Ses recueils épistolaires témoignent de visées et de stratégies diverses, souvent ambivalentes car le «transfert» de ces textes dans le public n’est pas sans risque. Nous avons tenté d’identifier ce «public », avant d’interroger pour finir les « lieux du privé ».


  • Résumé

    Renaissance letter is an interspace that suits us to examine the protean public / private distinction, historically changing. The epistolary practice of Erasmus illustrates it, both theorically and materially. To study this correspondence obliges to make central the question of the publication. This study reveals the importance of the humanist pedagogy, which is understood as a work for the common good. In the same way, the opposite meaning of «priuatus» and «publicus» was changing within the Republic of Letters, where the printed publication was an high stake. The way in which Erasmus organised the edition of a part of his correspondence can be analysed in this point of view. His epistolary books show various projects and various strategies, often ambivalent because the transferring of these private texts in the «public» is dangerous. But what was this «public» ? And how can we understand the notion of « privacy» ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (852 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 789-840. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre d'études supérieures de la Renaissance. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Mfc I5.2 ERA 6.BEN
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.