Voies de signalisation gouvernant la réponse immunitaire de la Drosophile

par Sheila Vidal

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Bruno Lemaitre.

Soutenue en 2003

à Paris 11 .


  • Résumé

    La Drosophile bien que dépourvus de l'arsenal du système adaptatif, présentent une réponse immunitaire très efficace, basée sur des mécanismes proches de la réponse innée des mammifères. Face à une agression microbienne, le corps gras de l'insecte synthétise une batterie de peptides possédant des activités antimicrobiennes. L'induction des gènes codant ces peptides repose sur des mécanismes de transduction du signal impliquant la voie Toll et la voie Imd. La voie Toll est impliquée dans la réponse antifongique. Elle fait appel à des facteurs de transcription de type Re1/NF-kB et présente de fortes similitudes avec les cascades mises en jeu dans la réponse immunitaire innée des mammifères. La voie Imd est impliquée dans la réponse antibactérienne. Peu d'intermédiaires de cette voie étaient connus, seul le facteur de transcription Relish, appartenant à la famille Re1/NF-kB, a été caractérisé. Il s'agit d'un homologue de la protéine p105 des mammifères qui est requis pour la régulation de l'expression de tous les gènes codant les peptides antibactériens. Les travaux que j'ai effectués au cours de ma thèse m'ont permis d'identifier deux nouveaux régulateurs de la voie Imd: la MAPKKK TAK1 et la protéine adaptatrice dFADD. Des expériences de génétique nous ont permis d'élaborer un schéma d'organisation de cette cascade qui présente de fortes similarités avec la voie TNFα de mammifères. Bien que les voies Toll et Imd soient les principales cascades régulant la réponse immunitaire, certaines données indiquent l'existence d'autres voies de signalisation impliquées dans la réponse immunitaire. J'ai obtenu des résultats indiquant qu'une voie MAPK régule certains gènes de la réponse immunitaire. En effet, une mutation dans le gène codant la MAPKKK MEKK1 affecte l'expression de Turandot, un gène qui code pour un peptide inductible de fonction inconnue. Ses travaux visent à mieux comprendre la régulation et le rôle de dMEKK1 dans la réponse immunitaire et la réponse au stress.


  • Résumé

    Drosophila is devoid of an adaptive immune system and relies only on innate immune reactions for its defence. One of the hallmarks of the Drosophila immune response is the synthesis by the fat body of several antimicrobial peptides with distinct but overlapping specificity. These peptides are secreted in the hemolymph, where they directly kill invading microorganisms. Genetic analyses have shown that the expression of antimicrobial peptides is regulated by the Toll and IMD (immune deficiency) pathways. Each of these pathways leads to the activation of specific NF-kB transactivators that, in turn, activate specific transcriptional programs. Fungal infection activates the Toll/Dif-Dorsal pathway which controls the induction of the antifungal peptide gene Drosomycin. Bacterial infections activate the expression of antibacterial peptides via the IMD signalling. Genetic studies performed during my PhD thesis allowed me to identify two new genes encoding components of the IMD pathway: the MAP Kinase Kinase Kinase dTAK1 and the adaptor protein dFADD. In addition, our genetic studies have allowed us to order the action of these components in a cascade that shares many common features with the TNF-R1 signalling pathway that regulates NF-kB transcription factors. The Toll and IMD pathways regulate most immune responses in Drosophila. Some studies indicate, however, the implication of other signalling pathways in the Drosophila immune response. In the course of my PhD thesis I became interested on another MAP Kinase Kinase Kinase, called D- MEKK1, and on its possible role in the immune response in Drosophila. Using genetic and microarray analysis, my work shows that D-MEKK1 regulates a class of genes, called turandot, that have been implicated in the stress response.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 152 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.136-148

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : M/Wg ORSA(2003)60
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.