L'environnement contesté : la territorialisation des conflits environnementaux sur le littoral du Kwazulu-Natal (Afrique du Sud : Kosi Bay, St Lucia, Richards Bay et Port Shepstone)

par Sylvain Guyot

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Alain Dubresson et de Benoît Antheaume.

Soutenue en 2003

à Paris 10 .


  • Résumé

    Les conflits environnementaux sont un outil à la fois conceptuel et méthodologique d'étude des acteurs et des territoires. Ils révèlent des réalités problématiques dépassant le simple champ environnemental, analysées à travers le double prisme des héritages (de la colonisation et de l'apartheid) et du processus de démocratisation post-apartheid. Les attitudes des acteurs par rapport à l'environnement masquent parfois d'autres motivations. Les cas de Port Shepstone, et surtout de Richards Bay, deux petites villes industrielles, illustrent des conflits d'usages entre les territoires des industriels, de la municipalité, et des lieux de vie et de récréation des riverains défendus par quelques environnementalistes parfois extrémistes. Les cas de Kosi Bay et de St Lucia , mettent en perspective la compétition entre les territoires d'un par national (Greater St Lucia Wetland Park) reconnu Patrimoine Mondial de l'Humanité, de plusieurs municipalités, d'autorités tribales et de groupes de résidents. , blancs ou noirs, aux diverses stratégies de vie ou de survie. Outil méthodologique, les conflits environnementaux permettent d'affiner des typologies d'acteurs par rapport à l'environnement et au territoire. Outil conceptuel, ils revisitent les principes de gouvernance, de décentralisation et de développement durable à travers l'étude des jeux politiques, des rivalités entre niveaux national et local, de l'influence des réseaux, de la participation citoyenne et des dynamiques socio-économiques de "profit versus solidarité".

  • Titre traduit

    Disputed environments : the territorialization of environmental conflicts along the Kwazulu-Natal coast (South Africa : Kosi Bay, St Lucia, Richards Bay and Port Shepstone)


  • Résumé

    Environmental conflicts are both a methodological and conceptual tool to study stakeholders and territories. They reveal problematic realities encompassing more than the strict environmental field, analysed across the double prism of legacies (colonisation and apartheid) and processes of post-apartheid democratisation. Stakeholders attitudes to the environment often conceal other motivations. The cases of Port Shepstone and Richards Bay, two industrial small towns, clarify land-use conflicts between the territory of industrial entrepreneurs and of the municipality, and places of living and recreation of neighbouring communities defended by some - occasionally radical - environmentalists. The cases of Kosi Bay and St Lucia put in perspective the competition between the territories of a national park (Greater St Lucia Wetland Park), recognised as a World Heritage Site, different municipalities, tribal authorities, and various groups of residents, whites or blacks, having contrasting strategies of living or surviving. As a methodological tool, environmental conflicts enhance stakeholders typologies in relationship to both environment and territory. As a conceptual tool, they shed a different light on principles of governance, decentralisation and sustainable development through studies of political games, rivalries between local and national levels, influence of networks, community participation and socio-economic dynamics of profit versus solidarity.

Autres versions

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par Ed. Karthala à Paris et par IRD à

Rivages zoulous : l'environnement au service du politique en Afrique du Sud


Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

L'environnement contesté : la territorialisation des conflits environnementaux sur le littoral du Kwazulu-Natal (Afrique du Sud : Kosi Bay, St Lucia, Richards Bay et Port Shepstone)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (737 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 416-440. Index

Où se trouve cette thèse ?