Philosophie de l'inconscient : recherches sur un système conceptuel permettant de penser l'inconscient

par Sylvie Croset

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Michel Salanskis.

Soutenue en 2003

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette thèse réalise une critique du concept d'inconscient à partir de son élaboration chez Freud puis chez Lacan. Une étude est faite des présupposés épistémologiques à cette construction et des impasses en résultant. Freud a utilisé le positivisme, sous la forme de la "nouvelle psychologie" détaillée par Ribot, dans son désir de faire de la psychanalyse une science. Mais la définition de l'inconscient qui résiste le mieux aux apories est celle réalisée dans Métapsychologie où Freud se démarque du positivisme. Il échappe dans ce texte au rapport de causalité problématique entre les domaines physique et idéel. Lacan se réfère au structuralisme qui pose la question de la légitimité des savoirs concernant l'humain. Son but est d'obtenir un discours autonome pour la psychanalyse. Mais l'utilisation d'un "discours analytique" pour la construction de la théorie se heurte aux règles de l'argumentation philosophique. Des eux principaux statuts repérés dans cette étude, le statut idéel semble le seul capable d'échapper aux paradoxes rencontrés. L'épistémologie choisie dans cette thèse est le platonisme transcendantal décrit par J. Petitot. Cette épistémologie s'oppose au matérialisme de J. P. Changeux ainsi qu'au réalisme d'A. Connes. Elle rend compte du statut des idéalités mathématiques ainsi que de leur articulation à la réalité physique. La question posée est de savoir si le platonisme transcendantal permet de pensée l'inconscient idéel. Ce travail nécessite une nouvelle approche des définitions de l'inconscient, de l'objectivité et des objets.

  • Titre traduit

    Philosophy of the unconscious : looking for a conceptual system to think the unconscious


  • Résumé

    Our thesis aimed at criticising the concept of unconscious as elaborated by Freud and later by Lacan. We analysed the epistemological presuppositions required for this theory and the consequent deadlocks. Freud refers to positivism as developed in Ribot's New psychology, in order to base psychoanalysis on scientific grounds. But the unconscious is best defined in Metapsychology, when Freud breaks free from positivism. In that work, he dodges the difficult question of causal relation between the physical and the ideal fields. As for Lacan, he refers to structuralism, which examines the question whether knowledge of the human can be justified. He aims at reaching self-sufficient speech for psychoanalysis. But using analytical speech to put together the theory itself comes up against the rules of philosophical arguing. Among the two kinds of status that we were able to identify, only the ideal status can possibly avoid the paradoxes we had to face. The epistemology we chose in this work is transcendental Platonism as formulated by J. Petitot. This epistemological theory differs from J. P. Changeux's materialism and from A. Connes's realism. It accounts for the status of mathematical idealises together with their connection with physical reality. The question is whether transcendental Platonism enables us to think the ideal unconscious. This work requires a new approach to define the unconscious, objectivity and objects.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (497 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 477-492

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 03 PA10-55 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.