Relativisation, parataxe et syntaxe en occitan et en français

par Jean Feuillet

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Alain Rouveret.

Soutenue en 2003

à Paris 8 .


  • Résumé

    Cette thèse est née d'un triple intérêt : intérêt pour la linguistique et la dialectologie romanes : on y propose de ramener la fragmentation dont l'occitan a fait l'objet à la Renaissance à un abandon - graduel si l'on considère l'Occitanie du Nord au Sud - de l'enclise ; intérêt pour la psychanalyse : dans la structure et la morphologie des impératives, dans le fait qu'une forme verbale non marquée est nécessairement rapportée à un allocutaire et que sa valeur descriptive dépend de ce rapport, on voit la preuve que le langage a un fonctionnement tout autant indiciel que symbolique (et l'on donne un sens particulier au Principe de Projection Etendu de Chomsky) ; intérêt pour les faits intonatifs : dans la possibilité d'asserter de manière conjointe la juxtaposition ils se sont levés, il était six heures, de lui donner la signification " quand ils se sont levés, il était six heures " ou au contraire " ils se sont levés, puisqu'il était six heures " en y focalisant - respectivement - la seconde ou la première proposition, on reconnaît une dimension discursive - temporelle - à l'énoncé. Selon la première éventualité évoquée, c'est son contexte réel - son point d'insertion dans une chaîne événementielle particulière - qui se trouve représenté au sein de la proposition assertée (cf. , pour un rapport de contiguïté stricte plutôt que de superposition dans la suite narrative, ils se sont levés, personne n'a réagi). Dans le second cas, la proposition adjointe, terme subséquent, ne se confond pas avec le contexte immédiat : son lien avec la principale est présupposé de manière absolue, relève de la causalité. Une analyse poussée de la structuration prosodique des énoncés - une analyse totalement indépendante de la ponctuation - témoigne aussi de leur inscription dans le temps. Les limitations opposées au détachement des compléments temporels montrent que ceux-ci portent sur des séquences globales plutôt que sur des constituants. La dislocation enjoint d'ailleurs de définir, en parallèle, deux modes d'identification des référents ordinaires : l'un, ensembliste, lié à la rection (et variant minimalement de langue à langue, en fonction de l'enclise notamment), l'autre, binaire, oppositif, caractérisant les partitifs, voire les pronoms personnels, les vocatifs. Toutes vues offrant un cadre, au final, à une description des relatives


  • Résumé

    This thesis is born of a triple interest : - an interest in Romance linguistics and dialectology : I propose to ascribe the fragmentation of Occitan in the Renaissance to an abandonment, appearing gradual when considering Occitania from North to South, of enclisis. - An interest in psychoanalysis : in the structure and morphology of imperatives, in the fact that an unmarked verbal form is necessarily related to an address and that its descriptive value depends on that relation, I see evidence that language functions in an indicial as well as in a symbolic way (and I give a particular meaning to Chomsky's Extended Projection Principle). - An interest in intonation facts : in the possibility of asserting the juxtaposition they got up, it was six conjointly, of giving it the meaning " when they got up, it was six " or on the contrary " they got up, since it was six " by focusing the second and the first clause - respectively, I recognize a discursive - temporal - dimension to sentences. According to the first eventuality, its real context - its point of insertion within a particular chain of events - is being represented in the asserted clause (cf. , for a relation of strict contiguity rather than superposition in the narrative sequence, they got up, no one reacted). In the second case, the adjunct clause, as a subsequent term, cannot coincide with the immediate context : its link with the main clause is presupposed in an absolute way, is representative of causality. A thorough analysis of the prosodic structuring of sentences - an analysis totally independent of punctuation - bears testimony as well to their inscription in time. The constraints known by the dislocation of temporal complements show that these latter are related to global sequences rather than to constituents. Dislocation also leads to the parallel definition of two ways of identifying ordinary references : one, corresponding to the logic of sets, bound to government (and varying minimally across tongues, according to enclisis in particular), the other, binary, oppositional, characterizing partitives, or even personal pronouns and vocatives. All these views offering a frame, eventually, for a description of relative clauses

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 431 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. [4 p.]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1827
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.