Etude de la matrice : {[labial], [dorsal]} [-sonant] en arabe

par Rachida Serhane

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Georges Bohas.

Soutenue en 2003

à Paris 8 .


  • Résumé

    This study is about the theory of the matrix and etyma elaborated by Bohas (1997) and then developed in Bohas (2000) who proposed a drastic organisation of the lexical Arabic languages, it is a total change in his perspective. This work is also an answer to ideas like, In Arabic and other Semitic languages it has long been evident that there are numerous sets of triliteral roots that share similar or related meanings and are formally identical except their third consonants (Ehret 1989) ; or, roots of similar meaning often share the first and second radical as a basic element from which triconsonantal roots are derived (Vychil 1975). Our purpose has in focus an abstract model to explain the phonetic and semantic relation between the words which are a basic element ; and more the analysis of this words in phonetics features. We take for example the matrix : {[labial], [dorsal]} as a fundamental point. The meaning of this matrix is in relation with: "Ç" disposed of several manners (convex Ç, concave È etc. ). Through this analysis, the triliteral roots hypothesis is forbidden because it doesn't care of all the linguistics phenomena (ex. : Didd and homonymic phenomena) but the matrix and etyma theory helps us to understand how the lexical Arabic languages function. In fact, it is adequate since it cares of the regularity semantics and phonetics of the Arabic languages


  • Résumé

    Notre travail s'inscrit dans le cadre tracé par Bohas (1997) repris et développé dans Bohas (2000), qui propose une réorganisation drastique du lexique de la langue arabe, un changement de perspective total dans son organisation. En effet, notre travail remet en question l'hypothèse émise par les sémitisants des deux derniers siècles qui accrédite le caractère trilitère des racines de l'arabe. Ce modéle ne donne pas d'explication linguistique aux processus qui régissent le lexique de la langue arabe ; de ce fait, il reste insuffisant. Ainsi, nous suggérons un modéle plus abstrait pour expliquer la relation phonétique et sémantique qui existe entre un ensemble de mots ayant comme point commun une base bilitère commune. Il s'agit de l'analyse de ces mots en traits phonétiques. Pour montrer le bien fondé de notre théorie, nous avons étudié la matrice {[labial], [dorsal]} dont l'invariant notionnel est en rapport avec la "courbure" disposée de diverses manières : soit sous une forme convexe Ç, concave È ou autres. La théorie que nous adoptons ici nous aide au mieux a comprendre le fonctionnement du lexique de la langue arabe. Elle est adéquate du fait qu'elle rend compte de toutes les régularités phonético- sémantiques que présente le lexique de l'arabe ; elle est capable d'expliquer les phénomènes d'énantiosémie et d'homonymie, ce qu'une étude fondée sur la racine triconsonantique est incapable de faire

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 221 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 415-421

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1824
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.