Une sémantique fragmentée. Référence et détermination au 13è siècle.

par Frédéric Goubier

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Irène Rosier-Catach.

Soutenue en 2003

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Une linguistique compositionnelle, conçue autour d'une sémantique de la référence, naît avec le 13e siècle et bouleverse la philosophie du langage. Elle frappe par sa structure morcelée, qui articule d'un côté un noyau théorique, la " théorie des propriétés des termes ", modèle d'une sémantique formelle outillant l'interprétation vériconditionnelle des propositions, et de l'autre une périphérie " appliquée ", qui associe avec les syncatégorèmes une sorte d'annexe théorique et avec les sophismata un vaste terrain d'analyse des phénomènes. Ce travail cherche à montrer que si modèle et périphérie sont complémentaires - la seconde présuppose et justifie le premier - c'est pourtant de leur inexacte juxtaposition que naît l'innovation : la liberté de présupposition qu'assure à l'analyse appliquée la fragmentation de la structure lui permet de s'affranchir des contraintes du modèle et de dessiner en ombres chinoises une théorie générale qui sacrifie parfois sa consistance à ses ambitions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 412 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 440 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2003) 050

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7379
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.