Contribution à l'étude des Para-Ostéo-Arthropathies Neurogènes

par Alexandrine Foucault-Bertaud

Thèse de doctorat en Biochimie. Biologie cellulaire

Sous la direction de Gaston-Jacques Godeau.


  • Résumé

    Les Para-Ostéo-Artropathies Neurogènes (POAN) font suite à un traumatisme du système nerveux central. Les mécanismes impliqués dans le développement de ces ossifications péri-articulaires (ostéomes) sont encore obscurs. L'objectif de cette étude est de contribuer à la compréhension des mécanismes physiopathologiques impliqués dans la survenue des POAN. Pour cela, nous avons étudié les caractéristiques biologiques et biochimiques des cellules obtenues à partir de ces ossifications hétérotopiques ainsi que du tissu conjonctif avoisinant (prolifération, paramètres morphométriques, activité phosphatase alcaline, expression de l'ostéocalcine et du collagène de type I et minéralisation). Ces résultats ont été comparés à ceux obtenus à partir de cellules pseudo-ostéoblastiques issues de prélèvements squelettiques réalisés chez des patients sains ou présentant une POAN, ainsi qu'à ceux obtenus à partir de fibroblastes dermiques. Parallèlement, la matrice ainsi que les cellules présentes au sein des biopsies d'ostéome et du tissu environnant ont été caractérisées. Pour cela, la phosphatase alcaline, le collagène de type I, la laminine, les MMPs et l'un de leurs inhibiteurs tissulaires spécifiques, le TIMP1, ont été mis en évidence. Nos résultats montrent que les cellules obtenues à partir d'ostéome et du tissu conjonctif situé à leur périphérie ont un comportement comparable à celui observé pour les cellules ostéoblastiques témoins : elles expriment la phosphatase alcaline, l'ostéocalcine, le collagène de type I et forment une matrice apte à la minéralisation. Les analyses histologiques et histochimiques réalisées à partir des biopsies montrent quant à elles que les ossifications péri-articulaires se développent au sein d'une matrice conjonctive non minéralisée qui contient des cellules exprimant la phosphatase alcaline. Cette expression enzymatique augmente graduellement à partir du tissu conjonctif non minéralisé vers de petites néo-formations osseuses. La différentiation débute a usein d'une zone particulière où les MMPs sont fortement exprimées et une angiogenèse initiée. Nous émettons comme hypothèse que les cellules présentes à la périphérie de ces ossifications hétérotopiques soient des cellules ostéoprogénitrices. Ceci confirme l'intérêt à la fois clinique et scientifique de l'examen des tissus conjonctifs périphériques des ostéomes, cet examen étant donc potentiellement représentatif des évènements mis en jeu lors du développement de la pathologie.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 189 f.
  • Annexes : Bibliogr. 169-189

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque d'Odontologie (Montrouge, Hauts-de-Seine). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.