La préverberation en latin : étude des préverbes ad, in, ob, et per dans la poésie républicaine et augustéenne

par Sophie Van Laer

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Michèle Fruyt.

Soutenue en 2003

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le préverbe peut être défini comme " le préfixe d'un verbe ". Il convient de l'appréhender comme un "élément de relation" mettant en rapport une "entité-située" et une "entité-repère" dans le cadre d'un procès. Une étude confrontative des préverbes ad-, in-, ob, et per- dans la classe des verbes de déplacement agentif permet de caractériser le signifié spécifique de chacun. Nous constatons notamment que ob- connaît une autre valeur que celle de "face-à-face" : le "recouvrement", qui semble plus proche du signifié originel du préverbe. D'autre part, la différence entre "approche" et "entrée" ne suffit pas à rendre compte de ce qui oppose ad- et in- : le premier souligne souvent la distance initiale entre entité-située et entité-repère, tandis que la "limite double" peut également s'appliquer à un accès aisé ou se colorer d'hostilité. Grâce à l'étude sémantique des préverbes, nous pouvons dégager quelques caractéristiques qui relèvent plus largement du préverbe : constitution de séries paradigmatiques, principe d'affinité sémantique, continuum entre "portée interne" et "portée externe", importance de la représentation géométrique prêtée au référent du repère. Un dernier questionnement porte sur les liens entre le préverbe et la base verbale. Il semble qu'il faille renoncer à prêter au préverbe d'un verbe inchoatif une valeur aspectuelle : c'est plutôt la portée de l'affectation du sujet par la transformation prédiquée qui est caractérisée par le préverbe. Dans la parasynthèse, l'élément préfixal apparaît comme un préverbe fonctionnel. Syntaxiquement, la duplication ne semble pas être une variante libre, mais trouve toujours une justification, qu'elle relève de l'expressivité ou des contraintes liées à la sémantique des rôles. N'étant ni une préposition ni un "co-verbe", le préverbe mérite largement une étude spécifique. La préverbation, procédé de création lexicale, s'inscrit alors dans la question plus générale de la modélisation du réel au travers de l'énoncé.

  • Titre traduit

    ˜The œpreverbation in latin : study of the preverbs ad, in, ob, and per in classical poetry


  • Résumé

    The preverb can be defined as "the prefix of a verb". It is appropriate to apprehend it like an "element of relation" bringing into contact an "entity-located" and an "entity-landmark" within the framework of a process. A confrontative study of preverbs ad-, in-, ob and per- in the class of the verbs of agentive movement makes it possible to characterize the specific value of each one. We note in particular that ob- knows another value that the one of "face-to-face" : the "covering", which seems closer to original meaning of the preverb. In addition, the difference between "approach" and "entry" is not enough to return account of what opposes ad- and in- : the first one often underlines the initial distance between entity-located and entity-landmark, while the "double limit" can apply to an easy access or give a touch of hostility. Owing to the semantic study of the preverbs, we can establish some characteristics which concern more largely the preverb: constitution of paradigmatic series, semantic principle of affinity, continuum between "internal range" and "external range", importance of the geometrical representation lent to the referent of the landmark. A last questioning relates to the links between the preverb and the verbal base. It seems that it is necessary to give up lending to the preverb of an inchoative verb an aspectual value: it is rather the range of the assignment of the subject by the predicated transformation which is characterized by the preverb. In the parasynthesis, the prefixal element seems to be a functional preverb. Syntactically, duplication does not seem to be a free alternative, but always finds a justification, whether it concerns the expressivity whether the constraints related to the semantics of the roles. Not being neither a preposition nor a "co-verb", the preverb largely deserves a specific study. The preverbation, processus of lexical creation, fits then in the more general question of the modeling of reality through the language.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Ed. Latomus à Bruxelles

La préverbation en latin : étude des préverbes ad-, in-, ob- et per- dans la poésie républicaine et augustéenne


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (459 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 358 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 5664

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 6802
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 892
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Ed. Latomus à Bruxelles

Informations

  • Sous le titre : La préverbation en latin : étude des préverbes ad-, in-, ob- et per- dans la poésie républicaine et augustéenne
  • Dans la collection : Collection Latomus , 325
  • Détails : 1 vol. (501 p.)
  • ISBN : 978-2-87031-266-7
  • Annexes : Bibliogr. p. [434]-453. Notes bibliogr. en bas de pages. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.