L'auxiliation aspectuelle en coréen et en français

par Hee-Young Lee

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Alain Lemaréchal.

Soutenue en 2003

à Paris 4 .


  • Résumé

    Cette thèse vise à approfondir deux phénomènes linguistiques essentiels, l'auxiliation et l'aspect, et à les décrire dans le système prédicatif de deux langues, le coréen et le français. Nous nous efforcerons de trouver des réponses aux questions suivantes : comment un verbe lexical peut-il s'employer comme marque(ur) grammatical(e)? Les valeurs de l'auxiliaires sont-elles motivées par le sémantisme du verbe plein? Quelle sont les caractéristiques de l'auxiliation d'aspect dans les deux langues ? Par quels moyens se manifeste la catégorie grammaticale dans chaque langue? Dans la première partie, nous donnerons d'abord une présentation des théories sur l'auxiliation et sur l'aspect. Nous étudierons ensuite la catégorisation des auxiliaires aspectuels dans les systèmes verbaux français et coréens en faisant appel aux grilles d'analyse des énoncés proposées par DIK (1989,1997). Dans la deuxième partie, les différents auxiliaires aspectuels coréens [Vp-SC Aux] seront étudiés en comparaison avec leurs correspondants français [Aux + (préposition) + Infinitif] selon les différentes catégories aspectuelles : inchoatif, progressif, continuatif, résultatifs, terminatif, itératif et conatif. Notre analyse consiste à donner une interprétation componentielle de la valeur des constructions à auxiliaire comme résultant au moins en partie de la valeurs des éléments : sèmes attaché à l 'auxiliaire, au verbe plein, au connecteur (préposition en français ou suffixe conjonctif en coréen ), etc(cf. La notion de " superposition des marques " , Lemaréchal 1989, 1997). En illustrant les fonctions de ces auxiliaires, nous mettons en évidence la corrélation étroite entre les catégories temps-aspects-modalité. Notre examen montrera que les verbes gardent toujours une partie de leurs sèmes, devenus plus abstraits, dans leurs emplois comme auxiliaires (hypothèse de continuité sémantique, cf. La " persistance ", Hopper 1991).

  • Titre traduit

    ˜The œaspectual auxiliation in Korean and French


  • Résumé

    The aim of this dissertation is to elaborate certain notions concerning two major linguistic phenomena, namely auxiliation and aspect, and to apply them to the Korean and French predicate systems. The following question are addressed : how can a lexical verb be employed as a grammatical marker; is auxiliation motived by semantics of the verb; and what are the characteristics of the aspectual auxiliation in the two languages? In the first section, we present general theoretical issues on auxiliation and aspect. The aspectual categorizations of Korean and French are discussed using the analysis grid proposed by Dik (1989, 1997). Korean aspectual auxiliaries need the complex verbal construction [Vp-Aux], whereas French aspectual auxiliaries are formed periphrastically with an infinitive (with or without a preposition). In the second section, Korean aspectual auxiliaries are examined and compared to the French equivalents for various aspectual values (inchoative, progressive, continuative, resultative, terminative, iterative, and attemptive). The "superposition of markers" (cf. Lemaréchal 1989, 1997) seems to be able to explain the polyfunctionality of such auxiliaries. Each arguments, the semantic properties of the auxiliary, the connector (preposition or conjonctive suffix), the adverbs, etc The close interaction between different TAM categories (Tense-Aspect-Modality) is illustrated by the function of the relevant auxiliaries. From our observation, the majority of the Korean and French verbs show semantic continuity in their use as auxiliaries ( cf. The phenomenon of the persistence, Hopper 1991 ). It can be said that , in the course of grammaticalization, the verb retains a relatively abstracted version of its primary meaning in its auxiliary uses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (332 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 254 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 5581

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 6494
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.