L'après-midi d'un faune : Mallarmé, Nijinski, l'animalité et la danse

par Pascal Caron

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Antoine Compagnon.

Soutenue en 2003

à Paris 4 .


  • Résumé

    Quand Vaslav Nijinski présente le ballet Prélude à l'après-midi d'un faune, en 1912, au Théâtre du Châtelet, sur la musique de Debussy, il semble que le rêve de Stéphane Mallarmé se réalise. Celui-ci aura voulu, toute sa vie, porter le poème L'Après-midi d'un faune à la scène. On a souvent établi une filiation directe entre ces œuvres, allant jusqu'à instituer le poème en tant que " source " du ballet. La modernité apparaît là comme une démonstration du pouvoir de la conscience sur et dans la matière. Mais l'étude des implications de la figure imaginaire sur le discours révèle qu'on admire ou condamne plus une compréhension du " faune " que la relation entre le poème et le ballet. Des indices d'animalité subsistent dans le premier. De même, la stylisation poussée du deuxième n'empêcha pas les spectateurs d'y voir un " scandale " d'impudeur. L'image traditionnelle du faune exerce une influence prépondérante sur la réception, et il importe d'en indiquer les caractéristiques en analysant le poème, le ballet, la relation discursive faite entre les deux. Finalement, la compréhension qu'ont Mallarmé et Nijinski de l'animalité, de la danse, et plus précisément de leur pratique artistique, explique qu'ils ont eux-mêmes vécu la relation entre poème et ballet comme celle d'une pratique d'écriture et du corps en pratique. Les textes du poète et les Cahiers de Nijinski dévoilent un faune différent de celui élaboré d'un point de vue extérieur. Il entretient l'hésitation sur son être et constitue une recherche du sens plus que son établissement définitif dans un univers spirituel ou abstrait. La fusion des arts n'est pas un rêve réalisé, mais une poursuite perpétuelle de l'hybridité. Proposant une lecture du poème, l'étude d'un moment de l'histoire de la modernité, une comparaison avec les discours sur la danse, ce travail voudrait également apporter sa contribution à une anthropologie de l'imaginaire littéraire.

  • Titre traduit

    The Afternoon of a Faun : Mallarmé, Nijinski, animality and dance


  • Résumé

    When, in 1912, Vaslav Nijinski presented his ballet Prélude à l'après-midi d'un faune, at the Châtelet theatre, choreographed to a score by Claude Debussy, he seemed to have fulfilled Stéphane Mallarmé's lifelong intention of bringing his poem, L'Après-midi d'un faune, to the stage. Indeed, one is often tempted to establish a close relationship between these two works, even adventuring as far as to consider the poem as the origin of the ballet. Modernity thus reveals itself in a demonstration of the supremacy of consciousness over matter. However, the study of the implications of the imaginary figure on discourse reveals that one admires or condemns more a comprehension of the faun itself than the relationship between the poem and the ballet. Just as elements of animality permeate the former, the stylisation of the dance was likewise not enough to dissuade the spectators form perceiving it as a scandalous demonstration of lewdness. The traditional image of the faun exerts a preponderant influence on reception. It is important to consider its characteristics while analysing the poem, the ballet and the discursive relationship drawn between the two. The comprehension that Mallarmé and Nijinski have of animal instinct, dance and, more precisely, of their own artistic experiences, explains that their conception of the relationship between the poem and the ballet is that of a crisis of the body. The poet's writings and Nijinski's Diary unveil a faun that is different form that elaborated by the outside observer. It fuels the ambiguity surrouding its essence more than it allows its definitive establishment in a spiritual or abstract universe. The fusion of the arts is not in the fulfilment of a dream but in the pursuit of perpetual hybridity.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par H. Champion à Paris

Faunes : poésie, corps, danse, de Mallarmé à Nijinski


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (854 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 333 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 5555

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 6535
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par H. Champion à Paris

Informations

  • Sous le titre : Faunes : poésie, corps, danse, de Mallarmé à Nijinski
  • Dans la collection : Romantisme et modernités , 101 , 1169-2944
  • Détails : 1 vol. (348 p.)
  • ISBN : 2-7453-1429-7
  • Annexes : Bibliogr. p. [313]-332. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.