Otoku Nehan Zu ou les miroirs d'un paysage cosmique daté 1086. : Essai d'interprétation d'un chef-d'œuvre de la peinture japonaise de l'époque de Heian

par Laure Schwartz-Arenales

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Flora Blanchon.

Soutenue en 2003

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le sujet de cette étude est consacré à la célèbre peinture représentant un nehan (skt. Nirvâna) de l'époque de Heian (794-1185) connu sous le nom d'Ôtoku-nehan-zu en raison de son inscription le datant de l'ère correspondante (an III, ère Ôtoku : 1086). A partir des nombreux travaux japonais dont a fait l'objet, nous nous proposerons d'abord une mise à jour des problématiques d'ordre iconographique, stylistique, technique et historique, en nous efforçant de souligner ses caractéristiques principales qui font d'elle à la fois un des témoignages les plus représentants de l'art du onzième siècle, mais aussi une œuvre unique au sein de l'art bouddhique. Considérant ces traits d'exception, nous en viendrons à rechercher son auteur éventuel, non parmi les peintres bouddhique (e-bushi), mais parmi ceux relevant de la cour (e-shi), évoluant auteur de l'empereur shirakawa. En étudiant le paysage représenté au sein de l'œuvre, nous développerons une approche nouvelle relative à la présence d'un motif représentant des écailles de tortue (jap. Kikkô) tracé sur l'un des quatre arbres sala sôju de la peinture. En liant ce dernier à l'image symbolique de la tortue ; principalement associée dans la cosmologie chinoise à la direction septentrionale, nous valorisons certaines caractéristiques de cet espace pictural, sémantique, orienté et pluriel. Enfin, afin de conforter cette interprétation, nous comparerons successivement l'espace pictural à celui du palais, du jardin, de la tombe, au décor des reliquaires puis, à travers les " mandalas des étoiles " en particulier, à la cartes du ciel et ses constellations. Nous nous interrogerons sur l'existence au sein de l'œuvre de référence issues de la pensée de l'Onmyô-dô qui, mêlées aux croyances astrologiques et bouddhiques, connurent une très large faveur, à cette époque rythmant le calendrier du palais, de ces rites et de ces interdits, s'immisçant dans tous les domaines de la culture et de la société.

  • Titre traduit

    Otoku Nehan zu - Mirrors of cosmic landscape dated 1086 : Interpretative essay of a Japanese Masterpiece of the Heian Period


  • Résumé

    The subjects of this study relates to the representation of a nehan (sk. Nirvâna) of the Heian period (794-1185) preserved at the the Reihôkan Museum (Kôya-San). Inscribed with the date of Ôtoku III (1086), this masterpiece of Japanese Painting is known under the name d'Ôtoku nehan-zu. By exposing previous and recent Japanese thesis, we first propose an update of the iconographic, stylistic, technical and historical points in order to underline the principal characteristics which contribute to make this nehan-zu one of the most representative of the art of the eleventh century, but also, at the same time, a exceptional Buddhist painting. Considering these features of exception, we try to seek his author, not among the Buddhist painters (e-bushi), but around those who are strongly connected with Emperor Shirakawa and the Court. By studying the representation of landscape's elements, we develop a new approach relating to the presence of a decorative pattern ("kikkô" : tortoise shell) painted on the texture of the texture of the sara-sôju tree. After considering the meaning concealed behind this ornamental design, we re-examine the painting on the light of the rich symbolism of the tortoise, mainly associated in Chinese cosmology with the northern emblem of the cardinal divinities (Shisthin). In order to point out the pictorial, semantic, orientated and plural space of this work, we compare successively it's composition with different contemporaneous places, and objects like palaces, gardens, tombs or reliquaries. Lastly, we try to confront the whole picture with the representations of constellations and star Mandalas (Hoshi-mandara). In addition to strictly Buddish sources, we interrogate references issued of Onmyö-dö and astrological beliefs which developed intensively among the elites of Heian, influenced the calendar of the Palace, its rites and its interdicts, involving all the registers of the culture and society at that time.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (372 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 194 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 5568

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 6518
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2933
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.