Grammaire du mankon : langue du bantou des Grassfields parlée dans la province nord-ouest du Cameroun

par Jacqueline Leroy

Thèse de doctorat en Linguistique africaine

Sous la direction de France Cloarec-Heiss.

Soutenue en 2003

à Paris 3 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet une grammaire descriptive du mankon, langue ngemba, appartenant au groupe Grassfields de l'est du Bantou des Grassfields, parlée dans la province Nord-Ouest (anglophone) du Cameroun. Cette grammaire est à ce jour la seule grammaire descriptive complète écrite sur une langue de ce groupe. Elle présente plusieurs enjeux : historique, typologique et théorique. Jusqu'à une date relativement récente ces langues, mal connues, étaient considérées comme non bantoues (semi-bantoues ou bantoi͏̈des). Or, à partir des années 1960, les recherches sur leur phonologie, leur tonologie et leur système de classification nominale ont mis progressivement en évidence leur caractère bantou. Elles ont de ce fait remis en cause la classification génétique de ces langues par rapport aux langues bantoues au sens étroit. Il est maintenant généralement admis que ces langues sont, sinon bantoues, au moins étroitement apparentées aux langues bantoues au sens étroit. Il est probable que la description du système verbal et de la syntaxe du mankon comprise dans cette thèse, contribuera à enrichir le débat sur ce point. Au plan théorique, la description de la morphophonologie, et plus particulièrement de la morphotonologie du mankon, d'une grande complexité, devrait être d'un intérêt majeur pour la linguistique théorique et les sciences cognitives. Cette grammaire comprend cinq parties. La première partie traite de la phonologie. La deuxième partie présente la morphophonologie segmentale et tonale. La troisième s'adresse au nom (classes nominales, système d'accord), à la dérivation verbo-nominale, aux syntagmes nominaux, substituts et pronoms. La quatrième examine le verbe (la dérivation ; les conjugaisons perfective affirmative, perfective négative, imperfective affirmative et imperfective négative ; les auxiliaires. La cinquième partie décrit la syntaxe (les fonctions ; les principaux types d'énoncés ; les énoncés complexes ; la hiérarchisation énonciative).

  • Titre traduit

    A grammar of mankon : a Grassfields Bantu language spoken in the North-West Province of Cameroon


  • Résumé

    This dissertation deals with a descriptive grammar of Mankon, a Ngemba language, belonging to the Eastern group of Grassfields Bantu, spoken in the North-West province (English speaking) of Cameroon. It is currently the only extensive descriptive grammar written on a language of this group. It is of historical, typological and theoritical interest. Up to recently, these languages, little known, were considered non Bantu (semi-Bantu or Bantoid). From the 1960s onwards research work done on their phonology, tonology and nominal class system, has gradually brought to light their Bantu characteristics and, therefore questioned their genetic relationship with Narrow Bantu languages. It is nowadays generally agreed that these languages are, if not Bantu, closely related to Narrow Bantu languages. Hopefully, the description of the Mankon verb sytem and syntax included in the present dissertation will bring in new arguments concerning this historical issue. As for theory, the description of thes Mankon morphophonology and more precisely the morphotonology, extremely complex, should be of interest for theoretical linguistics and cognitive sciences. This grammar is divided into five parts. Part I considers the phonology. Part II deals with segmental and tonal morpho-logy. Part III presents the noun (nominal classes and the concord system), derived nouns, noun phrases, substitutes and pronouns. Part IV deals with the verb : derivation ; the perfective affirmative, perfective negative, imperfective affirmative and imperfective negative conjugations ; auxi-liary verbs. Part V considers syntax : functions, the main types of sen-tences, complex sentences and pragmatic functions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 556 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 541-543

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7152
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.