La gestion d'une ressource renouvelabe : application aux pêcheries

par Valérie Marin

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Anne-Marie Fericelli.

Soutenue en 2003

à Paris 2 .


  • Résumé

    Depuis les années 1950, les ressources halieutiques marines connaissent une exploitation d'intensité croissante au point qu'aujourd'hui la raréfaction tant à l'échelle mondiale qu'à l'échelle communautaire ou nationale atteint des proportions inquiétantes en terme de surexploitations biologiques et plus généralement de dégradation de l'écosystème. La croissance de la production, très fortement ralentie et supérieure au potentiel de croissance biologique, semble donc compromise à l'avenir, faisant place à une phase de déclin sans précédent. La question de la réduction des capacités de capture apparaît alors primordiale afin d'assurer rapidement la pérennité des ressources menacées et incidemment la durabilité de leur exploitation. Nous proposons de rechercher des pistes de réponse du côté de l'organisation de la production et de la gestion économique d'une ressource halieutique. Pour ce faire, nous construisons des modèles de gestion intertemporelle en temps discret que nous évaluons au regard de trois critères : l'efficacité économique, la conservation du stock (entendu dans le sens de " moins " de consommation de la ressource) et la stabilité locale d'un état stationnaire. Nous nous plaçons dans le cadre de l'économie industrielle pour étudier les implications bioéconomiques de la concentration de la production entre quelques exploitants supposés de taille suffisante pour détenir un pouvoir de marché et pour contrôler en partie l'évolution du stock biologique. La situation de concurrence imparfaite repose sur les scenarii classiques de monopole et d'oligopole. Nous démontrons comment l'efficacité économique intertemporelle, garantie par la puissance publique, peut s'opposer à l'efficacité économique stationnaire, à une meilleure conservation du stock et à la stabilité, propriétés qui sont vérifiées par le monopole et par l'oligopole. De plus, nous montrons qu'une structure oligopolistique, du fait de ses arbitrages, peut surproduire périodiquement relativement à la capture socialement optimale. Ces résultats, en contradiction avec l'approche statique liée à l'absence de gestion, suggèrent qu'une gestion doit s'attacher autant aux bénéfices intertemporels qu'aux bénéfices stationnaires ne serait-ce que lorsqu'un stock est biologiquement surexploité, que la recherche d'efficacité économique intertemporelle par les Pouvoirs Publics peut être affaiblie au profit d'une cible biologique assurant un meilleur bien-être social, ce qui nous conduit vers des dynamiques transitionnelles de compromis en accord avec l'amélioration du stock a terme


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 396 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.373-388 f.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/T2003-51
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : G/DT2003-51
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.