Protestation et dénonciations dans l'URSS stalinienne, 1928-1941 : étude d'une pratique sociale et politique

par François-Xavier Nérard

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Marie-Pierre Rey.

Soutenue en 2003

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le mécontentement dans l'URSS de Staline ne peut pas emprunter les formes habituelles de protestation sociale: celles-ci sont réprimées et détournées dès la fin des années vingt : grèves, manifestations et tracts politiques disparaissent progressivement ; en revanche, le pouvoir stalinien développe dès 1928 une pratique, enracinée dans les mentalités russes, celle de la dénonciation. La révélation au pouvoir de dysfonctionnements, de turpitudes et de déviances devient un phénomène essentiel. Encouragés, codifiés et contrôlés par le pouvoir, les " signaux " vont permettre aux soviétiques de dire leur mal-être, leurs frustrations, mais également de manifester leur haine et d'assouvir leurs vengeances. Pour le pouvoir, l'existence de ces dénonciations semble suffire : leur traitement pèche par inefficacité, par manque de moyens et de volonté politique. Ce système marque la fin de la protestation collective. Grâce a lui, le pouvoir isole les individus, sans pour autant les écouter.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (783 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 414-445. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre de recherches sur l'histoire des slaves. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH-042

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 6646
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.