Les banques centrales doivent-elles réagir aux mouvements des prix d'actifs ?

par Gregory Levieuge

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Paul Pollin.

Soutenue en 2003

à Orléans .


  • Résumé

    L'objectif de cette thèse est d'étudier si les banques centrales doivent intégrer les prix d'actifs dans leurs fonctions de réaction. La première partie de l'analyse a trait aux taux de change. L'étude confirme le rôle d'instrument indirect de politique monétaire joué par le taux de change, mais souligne aussi les limites d'une règle-ICM, en raison notamment de l'incertitude qui caractérise la valeur d'équilibre des parités. La seconde partie s'appuie sur les enseignements des différents canaux de transmission des prix d'actifs (cours boursiers essentiellement) à la sphère réelle, pour déterminer s'il est optimal de les intégrer dans une règle monétaire. Cette étude permet notamment de souligner le rôle des banques dans l'amplification des cycles. Les résultats des simulations réalisées à partir d'un modèle intégrant ces canaux tendent à indiquer que la politique prudentielle est plus appropriée que la politique monétaire pour dénouer les déséquilibres d'origine financière.

  • Titre traduit

    Should Central Banks react to asset prices movements ?


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (460 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 405-438

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Droit, Economie et Gestion.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : D 04-1948
  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Droit, Economie et Gestion.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : D 04-1949
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.