Dé-collectivisation et reconstruction de l'agriculture albanaise (1989-2002), une transition spécifique?

par Adrian Civici

Thèse de doctorat en Économie et gestion

Sous la direction de Pierre Campagne.

Soutenue en 2003

à Montpellier, ENSA .


  • Résumé

    L'Albanie, le pays le moins développé et plus autarcique parmi les pays appartenant autrefois au système socialiste, d'économie centralisée et planifiée, est le dernier d'être engagé dans la transition et aussi l'un des rares pays qui a appliqué intégralement la "thérapie du choc" et le concept de "destruction créatrice" dans son passage "du plan vers le marché libre". Plus spécifiquement, l'agriculture et le milieu rural albanais sont les secteurs qui ont subi des transformations radicales et beaucoup plus drastiques par rapport aux autres pays de l'Est. L'objectif de ce travail est d'analyser cette expérience singulière en matière de construction "originale" du système socialiste dans le milieu rural, d'essayer de comprendre les raisons de l'échec épouvantable de son agriculture; de tenter de déchiffrer et interpréter les principales indicateurs de cette période de transition concernant la dé collectivisation et la reconstruction de l'agriculture; d'éprouver de donner une réponse aux questions fondamentales liées avec la situation actuelle comme résultat d'une politique spécifique de transition et questions liées avec les possibilités et contraintes du développement dans le futur. Pour arriver à donner une réponse à l'interrogation: " transition spécifique ou identique à celle des autres Pays de l'Est? ", la majorité des analyses, commentaires, conclusions et propositions concernant la réalité dominant en Albanie sont accompli dans le cadre d'une optique comparative plus large englobant la réalité et la problématique des autres pays de l'Europe centrale et orientale.


  • Résumé

    The less developed country and the more autarkic one among those belonging in the past to the socialist system, country with a centralized and planning economy, Albania is the last to be engaged in the transition and, in the same time, one of the rare countries to completely apply the "chock therapy" and the "creative destruction" concept during its passage "from the planning to the free market". More specifically, agriculture and Albanian rural environment are the sectors that suffered radical transformations and much more drastic in comparison with the other Eastern countries. The target of this work is to analyze this singular experience related to "original" construction of the socialist system in the rural environment, to try to understand the reasons of its dreadful failure in agriculture; to attempt to decipher and to interpret the major indicators of this transitional period concerning the de collectivization and the reconstruction of the agriculture; to try to answer fundamental questions which are linked with the current situation as a result of a specific policy of transition as well as questions linked with possibilities and constraints of the development in the future. To succeed in answering the question: "Is it a specific transition or an identical one with that of the other Eastern Countries?", the most of analyses, commentaries, conclusions and propositions concerning the reality dominating in Albania have been effectuated in the framework of a larger comparative optics comprising the reality and the problematic of the other Eastern and Central European countries.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (498 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 220 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.