Étude de l'implication des lymphocytes T CD8 dans la physiopathogénie du diabète de type 1(T1D), chez la souris NOD (Non Obese Diabetic)

par Anne Gauvrit

Thèse de doctorat en Immunologie

Sous la direction de Pierre Sai.

Soutenue en 2003

à Nantes .


  • Résumé

    Le diabète de type 1 (ou insulino-dépendant) est une maladie auto-immune (MAI) spécifique d'organe à médiation cellulaire, qui résulte de la destruction des cellules [beta] insulinosécrétrices localisées dans les îlots de Langerhans pancréatiques. Les principales cellules immunes impliquées sont les lymphocytes T (à la fois CD4 et CD8). Les études réalisées jusqu'à présent ont surtout concerné le compartiment T CD4 et elles ont permis d'établir la dichotomie suivante : les lymphocytes T CD4 de phénotype Th1, caractérisées par une sécrétion d'IFN[gamma], sont considérés comme des cellules pathogènes impliquées en tant qu'effecteurs dans la destruction des cellules [beta], alors que les lymphocytes T CD4 de phénotype Th2 et/ou Th3, caractérisés par une sécrétion d'Il-4, d'Il-10 et/ou de TGF-[beta], sont plutôt considérées comme des régulateurs susceptibles d'assurer une protection vis-à-vis de la maladie. . .


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 234 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 184-234

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 03 NANT 2024
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.