Contribution à l'étude du délit de manipulation mentale préjudiciable : article 223-15-2 al. 1er du Code pénal, dû à la loi du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l'homme et aux libertés fondamentales

par Guillaume Xavier Bourin

Thèse de doctorat en Droit pénal et sciences criminelles

Sous la direction de Christine Lazerges.

Soutenue en 2003

à Montpellier 1 , en partenariat avec Université de Montpellier I. UFR Droit (autre partenaire) .


  • Résumé

    La loi du 12 juin 2001 "tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l 'homme et aux libertés fondamentales" crée, sous le couvert d'une refonte de la qualification d'abus de faiblesse, une figure délictuelle nouvelle en droit criminel français. Cette nouvelle figure délictuelle incrimine, parallèlement à l'infraction d'abus de faiblesse stricto sensu, l'exploitation d'un état de sujétion d'une victime, provoqué par l'exercice de pressions ou l'emploi de techniques propres à altérer le jugement. Le délit ainsi conçu prend place au sein de l'article 223-15-2 du Code pénal. Il s'apparente aux propositions parlementaires pourtant officiellement délaissées de création d'un délit de manipulation mentale. Dans l'économie et la philosophie de l'article 223-15-2 du Code pénal, le concept d'état de sujétion psychologique et physique de la victime est capital. Son interprétation est matière à controverse. L'administration de la preuve de la sujétion soulève des discussions épineuses. En regard de l'intrication de ces deux aspects, et de l'importance et de la nouveauté de cette dernière notion, il nous a paru légitime de lui consacrer une étude sous le double rapport de son interprétation et de sa preuve. Mais, avant de nous intéresser à la sujétion de la victime qui constitue l'aboutissement du processus d'assujettissement, il a semblé indispensable d'analyser ce processus puisqu'il présuppose une action sur la volonté de la future victime et contribue ainsi à éclairer le concept d'état de sujétion. Notre étude s' articulera donc autour de l'assujettissement considéré dans son processus (l'action d'assujettir) puis dans son résultat (l'état de sujétion).

  • Titre traduit

    Contribution to the study of harmful mental manipulation


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2005 par Presses universitaires d'Aix-Marseille à Paris

Contribution à l'étude du délit de manipulation mentale préjudiciable


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (308-L f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. I-L. Index

Où se trouve cette thèse ?