Les Gibraltariens : des Britanniques à part entre Europes et Afrique

par Julie Michot

Thèse de doctorat en Lettres et langues. Anglais

Sous la direction de Robert Springer.

Soutenue en 2003

à Metz .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Dernière colonie d'Europe, coincée entre l'Espagne et le Maroc, à l'extrémité méridionale de la péninsule Ibérique, Gibraltar est célèbre comme paradis fiscal. Les médias soulignent son caractère anachronique et les problèmes qu'il crée entre le Eoyaume-Uni, qui exerce sur lui sa souveraineté depuis 1713, et l'Espagne frontalière, qui ne cesse, au nom de son intégrité territoriale, de revendiquer cet endroit stratégique au confluent de la Méditerranée et de l'Atlantique. Ce qui aggrave cet imbroglio, c'est que les historiens oublient souvent qu'une population civile s'est développée aux côtés des soldats britanniques. On connaît donc mal les 30 000 Gibraltariens, étonnant mélange de races, croyances et cultures, vivant en harmonie dans un espace réduit de 6 km2. Le Rocher garde en effet le témoignage des trois civilisations qui s'y sont succédé (maure, espagnole puis britannique), sa singularité résidant dans cette curieuse alchimie entre les cultures des Europes du Nord et du Sud, et celle de l'Afrique du Nord.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 387 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.352-382

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèques Metz et Moselle.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.