Efficacité et acceptabilité de la régulation de la congestion

par Grégoire Marlot

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Yves Crozet.

Soutenue en 2002

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Depuis près de 80 ans, les économistes préconisent une tarification de la congestion. Cette idée a donné lieu à de nombreux développements théoriques, que cette thèse tentera d'éclaircir : citons, parmi d'autres, la question de l'articulation entre tarification de court terme et de long terme, celle de la représentation de la congestion dans les modèles, celle des effets régressifs du péage, etc. Pour autant, il n'existe pas d'exemples de mises en œuvre d'une tarification optimale de la congestion. Pendant de nombreuses années, la question ne s'est même pas posé. Au début des années 1970 les limites de l'usage urbain de l'automobile sont devenues évidentes et les politiques de transport ont du évoluer. Les économistes y ont vu une opportunité pour la mise en œuvre d'une tarification de la congestion. 30 ans après, force est de constater que cela n'a pas été le cas. Lorsqu'il y a tarification, soit il ne s'agit pas de réguler la congestion, mais simplement de dégager des recettes, soit il s'agit de réguler la congestion mais on est alors très loin de la logique de la tarification optimale (péage de cordon). La tarification de la congestion semble se heurter à de gros problèmes d'acceptabilité. Les villes occidentales sont dépendantes de l'automobile, et pour dissuader les automobilistes de circuler, le montant du péage doit être élevé. Il en résulte un transfert financier considérable des usagers vers la puissance publique, et une grave augmentation des inégalités sociales parmi les usagers. Faut-il renoncer à l'objectif de fluidité, et donc à l'efficacité économique d'une régulation du trafic ? Ce travail a pour but, en s'appuyant sur les travaux de Coase, de proposer un outil permettant de réduire la congestion, sans engendrer ni transfert financier entre les usagers et la puissance publique, ni effets régressifs. Ces permis de circuler négociables seront évalués et comparés au moyen d'un modèle de congestion.

  • Titre traduit

    Efficiency and acceptability of congestion control : from optimal pricing to tradeable driving permits.


  • Résumé

    The economists' plea for congestion pricing is not recent. They advocated such an idea for almost 80 years, and proposed many theoretical developments, concerning the relationship between short term and long term pricing, congestion modelling, the regressive effects of pricing, etc. The aim of this work is to provide a clear overview of these contributions. Nevertheless, optimal congestion pricing has never been implemented. For many years in spite of the economists' recommandations, congestion pricing was not a relevant issue. In the beginning of the 1970's, the use of car as a urban transport mode appeared to be more problematic that it was thought, and urban transport policies began to evolve. Economists thought that it was a good opportunity for the implementation of optimal congestion pricing, and make efforts to popularize this concept. 30 years after, they seem to have failed. In more and more cities, tolling systems are discussed, but on the one hand, these systems are aimed at financing the infrastructures, and not to control traffic, and on the other hand, the purpose is actually to control traffic, but the systems discussed are far from the optimal pricing philosophy (cordon tolls). Moreover, these tolling systems, as well as optimal congestion pricing, face huge acceptability problems. Western cities are “auto-dependent”, so that a toll high enough to deter the people to commute by car is in fact to high. It leads to massive financial transfers from users to public authorities, and increases social inequalities. Given that, should we give up the free flow objective, should we give up an efficient traffic control? Our purpose is to propose an economic system allowing congestion reduction without financial transfers from users to public authorities, and regressive effects. This system is drawn from Coase's contribution on social costs. These tradeable driving permits will be evaluated and compared to pricing systems by mean of a congestion model.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 370 p.
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 357-366

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.