Les "bonnes femmes" de Paris : des communautés religieuses dans une société urbaine du bas Moyen âge

par Michael Connally

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nicole Bériou et de Sharon Ann Farmer.

Soutenue en 2003

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Diverses sources des XIIe-XIVe siècles montrent que le terme "bonne femme" désignait une personne dotée de qualités morale qui incitaient les membres de son milieu à lui reconnaître une autorité spirituelle. Au moins onze communautés de "bonnes femmes" furent fondées à Paris entre la fin du XIIIe et le milieu du XIVe siècle. Au lieu de vivre sous une règle reconnue par Rome, les "bonnes femmes", normalement veuves, étaient liées, soit par un simple devoir d'entraide, soit par un statut hospitalier selon lequel chacune se donnait à l'institution sa vie durant, moyennant logement, nourriture et l'obligation de soigner ses soeurs. L'étude prosographique de la communauté fondée par Etienne Haudry, un riche drapier parisien, démontre que les "bonnes femmes" et leurs bienfaiteurs étaient unis par famille, voisinage et métier. Au titre de ces rapports, les "bonnes femmes" commémoraient par la prière collective leurs bienfaiteurs décédés, à la manière des religieux.

  • Titre traduit

    The "good Women" of Paris : Religious Communities in Urban Society of the Late Middle Ages .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Diverse sources of the twelfth through the fourteenth centuries show that the term "good woman" designated a person whose moral qualities led her to assume a certain spiritual authority in the eyes of her neighbors. At least eleven communities of "good women" were founded in Paris from the late 12th to the mid-14th century. Rather than following a rule sanctioned by Rome, the "good women", normally widows, were bound to each other simply by an ethic of mutual aide, or came together in hospitals, giving themselves to the group for life in exchange for lodging, board and the obligation to care for their sisters. A prosographical study of the community founded by Etienne Haudry, a rich parisian draper, demonstrates that the "good women" and their benefactors were bound to each other by family, neighborhood and profession. By way of these ties, the "good women" commemorated their deceased benefactors through collective prayer, just as monks did.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 407 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 388-404

Où se trouve cette thèse ?