La réhabilitation des logements sociaux à travers les processus d'appropriation de l'espace par les habitants : les cas de l'immeuble Paul Eluard à Gennevilliers et de la résidence des Châtaigniers à Garches

par Isabelle Mesnard

Thèse de doctorat en Géographie, aménagement et urbanisme

Sous la direction de François Plassard.

Soutenue en 2003

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Les réhabilitations sont ici considérées comme des opérations de transformation de la matérialité de l'espace habité, initiées et gérées par les organismes HLM et destinées à modifier les pratiques socio-spatiales des locataires. Ainsi analysées, comment les réhabilitations s'intègrent-elles dans les processus d'appropriation de l'espace par les habitants ? L'étude de deux opérations montre que la réhabilitation intervient dans deux processus entrelacés, l'un de l'espace domestique et l'autre de l'espace collectif. Chacun des ménages intervient sur la matérialité de l'espace domestique (en nettoyant, salissant, bricolant, etc. ) et l'ajuste ainsi finement à ses aspirations, valeurs et normes. Il construit simultanément une image valorisée du logement qui cristallise une identité socio-spatiale : les habitants se disent "ancrés" dans leur lieu de vie. Les ménages s'approprient l'espace domestique réhabilité en intégrant les nouveaux aménagements dans la construction de l'image de leur logement et bien souvent en réalisant leurs propres adaptations matérielles (travaux personnels complémentaires, etc. ). Les groupes d'habitants s'approprient les espaces collectifs (l'immeuble à Gennevilliers, la résidence à Garches) en les identifiant dans leur globalité et leur spécificité par rapport au quartier (mais cette identification ne donne pas lieu à la construction d'un identité socio-spatiale marquée) et en élaborant et respectant des règles et normes comportementales spatialisées, permettant un usage partagé de l'espace commun. Si la réhabilitation semble représenter une opportunité pour créer de nouvelles relations de voisinage et valoriser l'image de l'espace collectif, d'autres facteurs s'opposent à l'émergence de nouvelles pratiques d'appropriation collective.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 360 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 328-338. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 3108
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.