La latence bactérienne : modélisation et hypothèses biologiques

par Florent Baty

Thèse de doctorat en Biologie appliquée

Sous la direction de Jean-Pierre Flandrois.

Soutenue en 2003

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Les microbiologistes utilisent classiquement deux paramètres pour caractériser la croissance bactérienne : le temps de latence ([lambda] ) et le taux de croissance maximum ([mu] max). Dans de nombreux domaines, il est essentiel de pouvoir estimer précisément ces paramètres. Des difficultés d'estimation de ([lambda)] ? ont été mises en évidence notamment du fait du manque de connaissance biologique sur le phénomène de la latence. La méthodologie proposée au cours de ce travail et le développement du logiciel Rfit, ont permis d'analyser les propriétés mathématiques et statistiques des modèles de croissance. Les performances de ces modèles sont inégales et la nature des jeux de données influence grandement la qualité des estimations de ([lambda)]. Par ailleurs, l'hypothèse du rôle central des ribosomes et des opérons ARNr dans la latence bactérienne a été explorée. Les résultats montrent qu'il existe une importante corrélation entre la cinétique d'accumulation des ribosomes et la durée de la phase de latence.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 188 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 97 Réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2003/136bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.