Analyse génétique du complexe de la dystrophine chez le nématode caenorhabditis elegans

par Karine Grisoni

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Laurent Ségalat.

Soutenue en 2003

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Le nématode Caenorhabditis elegans possède un homologue de la dystrophine (DYS-1), produit du gène muté dans la myopathie de Duchenne. Chez les mammifères, cette protéine musculaire est associée à un complexe protéique, le dystrophin glycoprotein complex (DGC). Nous présentons d'abord un modèle de myopathie dystrophine dépendant chez C. Elegans obtenu en combinant des mutations des gènes dys-1 et hlh-1, homologue du facteur myogénique MYO-D. La surexpression de dyc-1 chez ce nématode myopathe réduit nettement les défauts musculaires. Dyc-1 code pour un homologue de la protéine mammifère CAPON, partenaire de l'enzyme nNOS. Nous montrons que chez la souris, CAPON est exprimée dans les muscles squelettiques où son expression est modulée par nNOS, au cours des processus de croissance, développement et régénérescence. Enfin, nous montrons par des arguments génétiques et biochimiques l'existence d'un complexe de la dystrophine chez C. Elegans similaire au DGC mammifère.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 186 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 213 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2003/89bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.