Etude de deux stratégies de thérapie génique : le système hsv1-tk/GCV et l'endostatine, sur un modèle animal de cancer du sein humain

par Barbara Akla

Thèse de doctorat en Médecine. Biochimie et biologie moléculaire

Sous la direction de Michel Rigaud.

Soutenue en 2003

à Limoges , en partenariat avec Université de Limoges. Faculté de médecine et de pharmacie (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le cancer du sein est la première cause de mortalité par tumeur maligne chez la femme. Les thérapeutiques conventionnelles (radiothérapie, chimothérapie et hormonothérapie) ont gagné en efficacité ces dernières années. Cependant même si les réponses aux traitements sont relativement bonnes pour les cancers dépistés et traités très tôt, le pronostic reste mauvais pour des cancers de stade avancé. Ceci est dû bien souvent à la présence de métastases. Le processus métastatique est lié à la néo-angiogenèse tumorale. Elle permet la formation de nouveaux vaisseaux sanguins nécessaires à l'irrigation de la tumeur au cours de sa croissance. Dans le cadre de la mise au point de nouvelles stratégies thérapeutiques, visant le cancer du sein, nous nous sommes intéressés à deux stratégies de thérapie génique : l'une spécifique de l'angiogenèse, qui utilise l'endostatine un facteur anti-angiogénique endogène, l'autre utilisant le principe de transfert de gène de sensibilité avec le système hsv1-tk/GCV. La thymidine kinase est introduite dans les cellules d'adénocarcinome mammaire humain grâce à un plasmide recombinant contenant l'ADNc de l'hsv1-tk. Le plasmide recombinant est apporté aux cellules sous forme de liposomes cationiques, appelés lipoplexes. L'apport de GCV à de telles cellules a montré une faible efficacité du système hsv1-tk/GCV sur la lignée cellulaire étudiée. Les études in vivo ont été réalisées sur un modèle animal d'adénocarcinome mammaire humain, utilisant la même lignée cellulaire que celle décrite in vitro. Les injections par voie intraveineuse, de lipoplexes endostatine, ou de lipoplexes hsv1-tk suivi d'injections intrapéritonéales de GCV, ont donné des réultats similaires en terme de diminution des volumes tumoraux. Bien que cette régression tumorale ne soit pas totalement imputable à l'effet des gènes utilisés, nous avons observé diminution de l'ordre de 65% des volumes tumoraux des animaux traités par rapport aux animaux témoins


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 177 f.
  • Notes : Reproduction de la thèse autorisée
  • Annexes : Bibliogr. f. 147-165

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Santé). Service Commun de la Documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : M2003310E
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 70
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.