L'errance chez Amin Maalouf à travers "Léon l'Africain", "Samarcande", "Les Jardins de lumière" et "Le Rocher de Tanios"

par Farida Chawad

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Hélène Bordes.

Soutenue en 2003

à Limoges , en partenariat avec Université de Limoges. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    Errance, voyage, aventure, quête : c'est sur quoi porte cette thèse à travers le corpus de quatre romans de Maalouf, lauréat du prix Goncourt en 1993. L'étude du thème de l'errance dans les cultures gréco-latine, judéo-chrétienne et musulmane permet de mesurer l'amplitude des interférences entre ces trois civilisations, trois sources où l'auteur puise la matière de ses romans. Elle permet également de connaître ces textes fondateurs : "L'Odyssée", "L'Enéide", "la Bible" ou "le Roman de chevalerie". Chez Maalouf, l'errance est intimement liée à l'expérience de ce qu'il appelle "l'exil avant l'exil", autrement dit le fait de se sentir étranger parmi les siens. C'est aussi le problème universel que, sur le chemin de l'errance et depuis Abraham, l'humanité tente de résoudre dans sa quête de l'inconnu, de la rencontre, de l'alliance. "Je ne viens d'aucun pays, dit Léo Africanus, d'aucune tribu. Je suis fils de la route, ma patrie est ma caravane et ma vie la plus inattendue des traversées".


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 330 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Bibliothèques). Faculté des Lettres et des Sciences humaines.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : 840 MAALOUF 8ju
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.