Histoire et fiction dans la production romanesque d'Ahmadou Kourouma

par Bi Kacou Parfait Diandué

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jean-Marie Grassin, Juliette Vion-Dury et de Dago Gérard Lezou.

Soutenue en 2003

à Limoges en cotutelle avec l'Abidjan , en partenariat avec Université de Limoges. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    Dans le cadre des rapports interdisciplinaires entre l'Histoire et la fiction dans l'oeuvre romanesque de Kourouma, l'hypertextualité et la narratologie ont permis aussi de montrer que cette oeuvre est fortement nourrie aux sources de l'oralité. Abordée dans son ipséité, elle affiche l'interaction agissante entre l'Histoire et la fiction et postule l'idéologie de l'éveil identitaire chez l'auteur. Le corpus a été stratifié en trois parties subdivisées chacune en trois chapitres. La première présente le "greffage" de la diégèse sur la période s'étendant de 1880 à 1960. Cette période a mis en relief l'installation française au Soudan, les Indépendances africaines et leurs corollaires. Elle a permis de dégager le procédé de fictionnalisation de l'hypotexte historique qui a abouti à un protocole de six paliers : le résumé, la phrase extraite d'un ensemble, la mutation paradigmitique et l'interchangeabilité des termes, le vague narratif, la précision du romancier et la différence phonatoire ou phonologique. La seconde partie s'articule autour de la pression de l'Histoire sur les catégories romanesques. En effet, les personnages, l'espace et le temps sont des repères et des indices historiques. La Délocalisation des faits historiques qu'opère le romancier contamine les catégories romanesques qui s'affichent alors comme des connotateurs de mimésis et attestent la présence de l'Histoire dans le roman. La troisième partie s'intéresse à la "phagocytose" et à l'esthétisation de l'Histoire. Elle montre comment l'Histoire se lit dans le prisme artistique et esthétique du roman. En effet, ici l'exploitation fictionnelle de l'Histoire se fait dans le but de l'expression identitaire. Il s'agit d'une identité double : artistique et communautaire. L'acte d'écrire, s'il éloigne l'auteur des sentiers battus de la quête identitaire puisque ce dernier s'assume en s'inventant un style et affirme sa communauté à travers les items et topoi͏̈ cuturels qui parsèment ses romans, l'installe au coeur de l'affirmation et de l'expression identitaire par une modalité novatrice.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., 489-[74] fol
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Lettres et Sciences humaines). Service Commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 840.F62 KOUROUMA 5
  • Bibliothèque : Université de Limoges (Bibliothèques). Faculté des Lettres et des Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 840(6) KOUROUMA 8
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.