Conséquences neuroendocriennes et métaboliques d'une sous-nutrition maternelle périnatale chez le rat

par Marion Leonhardt

Thèse de doctorat en Sciences de la Vie et de la Santé

Sous la direction de Jean Lesage.

Soutenue en 2003

à Lille 1 .


  • Résumé

    De nombreuses études épidémiologiques et expérimentales ont permis d'établir l'existence d'une programmation précoce de pathologies à l'âge adulte telles que le diabète de type 2, l'hypertension et le syndrome métabolique. Cette programmation est corrélée avec un petit poids à la naissance et reposerait sur la mise en place de processus adaptatifs permettant la survie immédiate du fœtus et du nouveau-né mais qui deviendraient délétères pour la vie à long terme. Dans notre étude, nous avons réalisé, chez le rat, une sous-nutrition maternelle calorique de 50% au cours de la dernière semaine de gestation et/ou de la lactation. Nous avons montré que la restriction alimentaire maternelle postnatale et périnatale induit chez la descendance un retard de croissance irréversible et des altérations de la mise en place et de l'activité de l'axe corticotrope se caractérisant par une augmentation des taux plasmatiques de corticostérone libre au sevrage et à l'âge adulte ainsi que par une hypo réponse au stress au sevrage. Deux mécanismes de la programmation de cet axe neuroendocrinien ont été suggérés, 1/ un mécanisme nutritionnel lié à la sous-nutrition de la mère, du fœtus et du nouveau-né, 2/ un mécanisme hormonal lié à l'exposition à un excès de glucocorticoi͏̈des maternels. Le blocage de l'activation de l'axe corticotrope chez des mères exposées à une sous-nutrition périnatale montre que ces deux mécanismes ne sont pas exclusifs et qu'ils sont impliqués dans la programmation de l'axe corticotrope. Dans un deuxième temps, l'étude de l'axe gonadotrope au sevrage a révélé des altérations importantes du développement des gonades induites par la sous-nutrition maternelle chez la descendance des deux sexes ce qui induit un retard de la mise en place de la puberté. Enfin, la restriction alimentaire maternelle perturbe la fonction adipocytaire et la sécrétion de l'insuline chez le rat mâle adulte. Notre étude, en accord avec de nombreux autres travaux, suggère que la programmation précoce de l'axe corticotrope pourrait être à l'origine de diverses pathologies chroniques à l'âge adulte. Ainsi, la sous-nutrition maternelle, responsable au sevrage de perturbations de la fonction de reproduction mais aussi d'altérations du métabolisme, pourrait entraîner à plus long terme des pathologies de la reproduction et l'apparition de maladies métaboliques comme le diabète de type 2.

  • Titre traduit

    Neuroendocrine and metabolic effects of perinatal undernutrition in the rat


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 179-[50] p.
  • Annexes : Bibliogr. p. 135-179

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-2003-137
  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-2003-138

Cette version existe également sous forme de microfiche :

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.