Gestion d'exploitations agricoles dans un contexte de culture de coton : l' exemple de la zone soudanienne au Tchad

par Koye Djonbang

Thèse de doctorat en Espaces, sociétés rurales et logiques économiques

Sous la direction de Bernard Charlery de La Masselière.

Soutenue en 2003

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    Dans un contexte de faiblesse de la main d'œuvre familiale et de l'équipement en matériel agricole, de disette récurrente et d'intégration au système d'échanges sur le marché, la trésorerie joue un rôle prépondérant dans le fonctionnement des exploitations agricoles en zone soudanienne du Tchad. Comment l'agriculteur gère-t-il sa trésorerie pour assurer le fonctionnement global de son exploitation dans les conditions difficiles de production et d'incertitude des prix des produits agricoles ? L'objectif de cette recherche est de comprendre le fonctionnement des exploitations agricoles majoritairement engagées dans la culture du coton en vue d'un appui-conseil adapté à leur spécificité. Les données ont été collectées par leur recensement, des enquêtes thématiques et un suivi rapproché des flux de trésorerie. Une réflexion allant de la théorie de la production à la théorie de la décision a permis de construire un cadre d'analyse de l'exploitation agricole africaine. Les résultats mettent en évidence la diversité des exploitations en fonction de : leurs facteurs de production ; leurs activités de production ; leurs résultats technico-économiques ; leur environnement agro-écologique, économique, social et des mesures d'accompagnement. On distingue ainsi des exploitations : à objectifs de capitalisation dans l'élevage et de maximisation des revenus hors exploitations ; au système de production coton-céréales, orienté vers les vivriers marchands ; à stratégie de recherche de l'autosuffisance alimentaire tout en maintenant le coton dans leur système de production ; à objectifs de pluriactivité, orientés vers les activités hors exploitation. Le fonctionnement des exploitations est caractérisé par des pratiques centralisée, décentralisée ou mixte de gestion de trésorerie. La pratique mixte est la plus intéressante car offrant le plus de possibilités d'accumulation au chef d'exploitation et de liberté aux femmes et dépendants de disposer d'une trésorerie pour leurs besoins élémentaires. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 266 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.226-245

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure agronomique. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2003INPT009A
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.