Le refus de la réalité : une attitude tchékhovienne

par Marie Morisseau

Thèse de doctorat en Études euro-asiatiques. Russe

Sous la direction de François Cornillot.

Soutenue en 2003

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    Comment vivre dans le monde ? comment vivre avec le monde ? A ces questions, les personnages tchékhoviens ne répondent qu'à demi. Tous s'efforcent d'éviter le réel, le fuyant dans l'alcoolisme, l'abolition du temps, la quête d'un lieu idéal ou même le suicide. En dernier recours, la folie individuelle répond à la folie du monde, qui dès lors n'existe plus. Cexov, travailleur social infatigable, fait l'inventaire des destins croisés, qui lui montrent que l'humanité n'aspire pas à faire le bien, mais à la délivrance des souffrances, perçues comme essentiellement absurdes. Le monde est plus qu'incohérent - informe. Les éve��nements, les actes, les pensées n'ont donc plus à être ordonnés en vue d'un objectif supérieur. Après son voyage à Saxalin et les visions dantesques du bagne, Cexov considère que le monde est mort. Ses successeurs, tant dans la technique narrative que dans cette terrible intuition, seront Virginia Woolf, Franz Kafka et Albert Camus.

  • Titre traduit

    ˜The œRefusal of facing reality : a Chekhovian attitude


  • Résumé

    How can we live in the world ? The Chekhovian characters hardly give an answer. They strive to avoid the real world, fleeing from it through alcoholic addiction, suppression of the time, yearning for an ideal city or committing suicide. As a last resort, individual insanity responds to the madness of the real world, which from that moment on no longer exists. Chekhov, who was concerned with trying to help people, made an assessment of the different fates he had come across. They emphasized that human beings do not long for what is good, but for the release of sufferings, seen as essentially useless. The world is more than incoherent: it is shapeless. Therefore, events, deeds and thoughts no longer have to be organized with a view to a higher purpose. After his journey to Sakhalin and the terrible visions of the bagnio, Chekhov stated that the world was dead. As far as his successors are concerned, regarding either the narrative technique or his dreadful intuition, we will mention Woolf, Kafka and Camus.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (407 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 393-407

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.100
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.100
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.