Instabilité génétique des carcinomes de la voie excrétrice urinaire : recherche de gènes suppresseurs de tumeur candidats et applications cliniques

par Najla Amira

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire

Sous la direction de Olivier Cussenot.

Soutenue en 2003

à Evry-Val d'Essonne .


  • Résumé

    Les tumeurs à cellules transitionnelles (TCCs, Transitional Cells Carcinomas) représentent la majorité des tumeurs vésicales et près de 80 % des tumeurs vésicales sont superficielles au diagnostic. La caractéristique majeure de ces tumeurs à faibles potentiel de progression est leur récidive fréquente après résection transurethrale. Le besoin d'un test à la fois non invasif et fiable a motivé le développement de plusieurs tests urinaires, dont l'alnalyse des microsatellites à partir des cellules urothéliales desquamées dans les urines. La première partie de ce travail a évalué l'intérêt diagnostic de la récidive du TCC et le potentiel prédictif de cette technique. Cette méthode a été utilisée pour le suivi de 47 patients traités chirurgicalement et a correctement diagnostiqué 12/13 récidives tumorales, soit une sensibilité du test de 92 %. De façon très intéressante nous avons mis en évidence un potentiel prédicrif élevé de cette technique puisque 75 % des récidives sont détectées 1 à 9 mois avant le diagnostic cliniques (cystoscopie). Les tumeurs vésiclaes sont le résultat d'altérations génétiques spécifiques, en particulier au niveau de gènes suppresseurs de tumeur, dont les plus précoces et les plus fréquentes concernent le chromosome 9. La deuxième partie de ce travail a eu pour objectif d'étudier le locus 9q34 au niveau duquel la présence d'un gène suppresseur de tumeur impliqué dans la tumorigenèse vésicale était fortement suspectée. L'expression de 65 gènes situés dans la région consensus minimale de délétion définie a été mesurée par RT - PCR (Reverse Transcription-Polymerase Chain Reaction) quantitative en temps réel. Il est apparu que les 5 gènes, C9orf9, KIAA0625, ABL1, LAMC3 et Netrin-G2, ont présenté une diminution significative de leuR expression dans le TCC. En particulier, le gène Netrin-G2, qui présente l'expression la plus significativement diminuée statistiquement, appartient à la famillle des nétrines. Le récepteur DCC de la nétrine-1 est supposé être impliqué dans plusieurs cancers humains, ce quui soutient l'hypothèse de l'implication potentielle du gène Netrin-G2 dans l'initiation et le développement du TCC.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (116 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 94-116

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 616.994 AMI ins
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.