Effets de la fatigue et du niveau d'entraînement : étude des relations entre les coûts énerfétique et mécanique en course à pied

par Jean Slawinski

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de Véronique Billat.

Soutenue en 2003

à Evry-Val d'Essonne .


  • Résumé

    La performance en course d'endurance dépend à la fois des qualité énergétiques et mécaniques du coureur. En effet, le temps mis pour parcourir une distance donnée est fonction du travail mécanique réalisé par les muscles et de l'énergie consommée pour produire ce travail. Au cours du XXème siècle, de nombreux travaux ont mesuré la relation entre le coût mécanique et le coût énergétique de la locomotion. L'étude de cette relation pose de nombreux problèmes d'ordre méthodologique car la mesure du coût mécanique résulte d'une évaluation globale des changements dans les niveaux d'énergie mécanique. L'énergie réellement développée par chaque muscle reste inconnue. Pour contourner ces difficultés méthodologiques, notre approche consiste à mesurer les effets de la modification du coût énergétique sur le coût mécanique, ou inversement. Ce travail a permis de mesurer les effets de la fatigue et du niveau d'entraînement sur les différents composants du coût mécanique (les coûts mécaniques potentiel, cinétique et de gesticulation : Cpot, Ccin, et Cgest) et sur le coût énergétique (C). L'analyse des principaux résultats montre d'une part, que la modification du C induite par la fatigue n'est pas liée à une modification du coût mécanique et d'autre part, que la modification des différentes composantes du coût mécanique suivant le niveau d'entraînement n'est pas en relation avec une amélioration du C. Les modifications des paramètres mécaniques avec la fatigue ou le niveau d'entraînement ne sont donc pas associées à des modification du C. La performance en endureance paraît donc dépendres à la fois de paramères énergétiques et de paramètres mécaniques tels que la variabilités de la fréquence de pas, le déplacement vertical du centre de masse, ou le coût mécanique de gesticulation. Néanmoins, les résultats obtenus dans ce travail ne permettant pas de préciser avec certitude les mécanismes responsables des modifications du coût mécanique, deux hypothèses peuvent être formulées. Les modifications biomécaniques observées pourraient être associées à des modifications des propriétés élastiques des muscles et des tendons, ou à un mécanisme visant à diminuer le choc induit par la pose du pied au sol.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (II-183 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 168-178

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 612.04 SLA eff

Cette version existe également sous forme de microfiche :

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.