La garde d'honneur de 1813-1814 : histoire du corps et de ses soldats

par Georges Housset

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Jean Chagniot.


  • Résumé

    Insérée dans le sénatus-consulte du 3 avril 1813 qui fait appel à 180 000 hommes destinés à compléter les effectifs de l'armée, l'opération qui nous intéresse est une conscription obligatoire et exceptionnelle : la Garde d'honneur doit fournir quatre régiments de 2 500 sabres chacun, spécialement recrutés dans les classes aisées de l'empire. Entre cette formation au caractère national et militaire et les gardes d' honneur des villes mises sur pied dès 1802, purement locales et volontaires, il n'existe d'autre ressemblance que celle du titre. Cette institution extraordinaire, puisqu'elle a pour vocation de motiver l'enrôlement des fils de notables dans les armées impériales alors que ces derniers, grâce au recours du remplacement, font tout pour se soustraire au service, ne pouvait trouver son origine que dans des circonstances équivalentes. C'est effectivement le cas au lendemain de l'aventure Russe au cours de laquelle non seulement les effectifs de l'armée ont fondu, mais encore, l'affaire MALET a montré la fragilité du régime. Mais la promesse de sous-lieutenant après douze mois de présence au corps ne semble pas avoir été suffisante pour attirer la jeunesse dorée des départements. On peut affirmer par ailleurs qu'entre les notables et les préfets, chargés de cette organisation, s'est installée une certaine connivence dont les résultats ne répondent que de loin à l'attente de l'Empereur quant à la valeur des hommes et au mode de financement opéré. Cette levée apporte néanmoins à Napoléon quatre régiments supplémentaires et gratuits qui font en 1813 et 1814 très honorablement leur devoir en dépit de multiples difficultés d'organisation dues aux problèmes de l'heure.

  • Titre traduit

    The guard of honour from 1813 to 1814, an history of the corps and its soldiers


  • Résumé

    Coming within the senatus-consulte of the 3d of april 1813 that requires 180. 000 men meant to bring the army at full strength, the operation that interests us is compulsory and exceptional conscription : the guard of honour must provide four regiments of 2. 500 sabres each, with soldiers recruited from the upper classes of the empire. Apart from the name, there is nothing in common between this corps, endowed with pronounced national and military characteristics and the guard of honour of the towns set up as soon as 1802, made up of local volunteers. This extraordinary institution, since it is especially designed to motivate the enlistment of the sons of notables whereas thanks to the replacement system they usually do their best to shirk military service could only originate in extraordinary circumstances. And this is precisely the case just after the Russian adventure during which the army numbers melted away and the MALET's matter that demonstrated the frailty of the regime. Even the promise to become second lieutenant after twelve months of presence in the corps does not seem to has been sufficient to attract the sons of the well-off of the counties. Moreover we can assert that the connivance established between the gentility and the prefect in charge of the organization of the guard of honour produced results that did not meet the emperor's expectations as for the men's worth and the financial plan used. However this raising provided Napoleon with four additional regiments at no cost that performed their duty very honourably in 1813 and 1814 in spite of the many difficulties of organization due to the problems of the time.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (883 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 11-50. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 174 (1-2)
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Mc 4 Ms 174

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7518
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.